Volume 30 Numéro 08 Le 5 décembre 2012

Un boom fromager à Thornloe


Photo I Lessard L'usine et la boutique de la Fromagerie de Thornloe, sur la Route 11.

Marc Dumont

Par Marc Dumont
Correspondant – Nord de l'Ontario
info@journalagricom.ca


« Ça paye de parler avec la compétition! » confie à Agricom Yves Gautier, directeur général de la Fromagerie de Thornloe. L’entreprise dont l’avenir était incertain il y a encore quelques années a soudainement vu ses ventes exploser depuis 2011, grâce à la production de fromages pour ses compétiteurs.

 

Les affaires vont si bien pour la fromagerie qu’elle n’a nul autre choix que d’agrandir et de moderniser ses installations pour suivre la croissance. C’est que celle-ci a commencé à produire des fromages à forfait pour ses concurrents et le manque d’espace risquait de lui faire perdre de belles opportunités.

 

La nécessité d’un tel investissement vient du fait que la Fromagerie de Thornloe a connu une augmentation de 54 % de ses ventes l’année dernière.

 

Améliorations et diversifications
Heureusement, cet été, le ministre responsable de Fednor, Tony Clement, annonçait une subvention remboursable de 148 500 $ à la Fromagerie de Thornloe dans le cadre du plan de modernisation et d’agrandissement de son usine.

La fromagerie qui possède un édifice à Haileybury y effectue actuellement des améliorations majeures pour pouvoir augmenter sa capacité de production et diversifier ses atouts. L’espace de réfrigération sera quadruplé, notamment pour permettre un espace suffisant pour le vieillissement des meules.

 

De plus, un fumoir y sera aménagé et l’achat d’une déchiqueteuse permettra à la Fromagerie Thornloe d’ajouter d’autres produits à sa gamme déjà diversifiée, tel que du fromage râpé. Il s’agit pour l’entreprise d’un marché prometteur à développer.

 

D’autres fromageries ont également fait part de leur intérêt pour faire confectionner leurs fromages à Thornloe. « Il y en a même qui sont prêt à nous fournir la machinerie pour leur faire du fromage », se réjouit M. Gauthier.

 

On se souviendra qu’à l’origine, la Fromagerie de Thornloe ne fabriquait que du cheddar. Le marché pour ce fromage étant saturé, il avait fallu penser à autre chose. C’est ainsi que le maître-fromager, Martin Melendez, avait commencé à créer des fromages fins qui ont remporté plusieurs prix à la foire agricole d’hiver de Toronto.

 

M. Melendez croit aussi qu’il y a un potentiel de développement du marché avec des recettes de fabrication européenne. Selon lui, des fromages produits avec des recettes allemandes, par exemple, pourraient être une voie à explorer sur le marché canadien.

 

La Fromagerie de Thornloe s’est même attaquée au marché américain depuis quelque temps avec la vente de son bleu crémeux, le Devil’s Rock. « Un pas dans la bonne direction », ajoute Yves Gauthier. Ce dernier confie à Agricom que même la Chine a manifesté son intérêt pour deux des produits de la fromagerie.

 

 

Ces réalisations en disent long sur le chemin parcouru par la Fromagerie de Thornloe depuis quelques années. À ce rythme de croissance, celle-ci devra possiblement entrevoir l’agrandissement de ses installations à l’usine de la Route 11. Et dire qu’au moment de son achat par Gencor de Parmalat, le pari était risqué. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *