Autres

Un Centre financier agricole verra le jour en juillet

Par Étienne Alary
info.agricom@atreide.net


Cinq caisses populaires de l’Est ontarien s’unissent!

Les caisses populaires d’Alexandria, d’Alfred, de Casselman, de St-Bernardin et de St-Isidore ont procédé, le 27 avril dernier, à la signature d’un protocole de gestion les menant vers la création d’un Centre financier agricole. En effet, fort de ce partenariat entre cinq caisses populaires de la région St-Laurent-Outaouais de la Fédération des caisses populaires de l’Ontario, un Centre financier agricole des caisses populaires de l’Est de l’Ontario verra le jour en juillet prochain.

Selon le directeur général de la Caisse populaire d’Alfred limitée, Michel Gingras, la création d’un tel centre s’avère nécessaire. « Si on retourne quelques années en arrière, la Fédération des caisses populaires de l’Ontario s’était engagée à mieux desservir sa clientèle que sont les agriculteurs. Pour ce faire, nous avons mis en place des programmes, nous avons engagé des ressources agricoles et la création de ce Centre financier n’est que l’évolution constante d’un engagement envers les agriculteurs », mentionne M. Gingras. Pour la présidente du Comité de coordination des cinq caisses populaires et directrice générale de la Caisse populaire d’Alexandria limitée, Lise Lauzon, ce centre saura répondre aux besoins. « Premier en son genre en Ontario, ce Centre financier vise le développement des marchés agricoles et paraagricoles dans nos communautés et ce, en réorganisant l’offre de services dans le but commun de mieux desservir ces entreprises distinctives que sont nos entreprises agricoles », souligne-t-elle.

Le président de la Fédération des caisses populaires de l’Ontario, Thomas Blais, était sur place pour assister à cette signature. « Cette signature représente un caractère important pour tout le réseau des caisses populaires puisqu’au cours des dernières années, les caisses ont jeté les bases pour assurer la viabilité et la santé du réseau, et la création de ce centre est un geste en ce sens », mentionne M. Blais en ajoutant que grâce à ce centre financier agricole, les services offerts aux membres agricoles et paraagricoles ne pouvaient qu’être améliorés. De son côté, le directeur général de la Fédération, Pierre Tougas, indique que la création du centre cadre parfaitement dans le positionnement stratégique 2005 de la Fédération.
« Nous voulons nous assurer qu’en 2005, nous serons la principale institution financière des communautés francophones de l’Ontario », soutient-il. À St-Isidore Après avoir étudié toutes les possibilités, le Comité de coordination, qui est composé des directeurs généraux des cinq caisses populaires, a arrêté son choix sur la communauté de St-Isidore pour y installer ses locaux administratifs.

« St-Isidore étant le centre géographique des caisses participantes et de nos marchés actuels et potentiels, ceci minimisera les déplacements pour les ressources du Centre », affirme Lise Lauzon en précisant qu’un local serait loué au soussol de la Caisse populaire de St-Isidore limitée pour l’aménagement des locaux du centre. « Le Centre financier agricole sera ici pour les trois premières années et ensuite, selon l’évolution de ce dernier, le comité analysera s’il faut l’aménager ailleurs. » Pour débuter ses activités, le Centre financier agricole comptera sur une équipe de cinq personnes ressources dont la direction générale, deux directions de comptes. Une personne sera affectée à titre de commis aux entreprises agricoles et une personne sera en charge du poste de secrétaire-réceptioniste.

Mme Lauzon est persuadée qu’à long terme, autant les caisses populaires que les membres découvriront qu’il s’agit d’une situation gagnant-gagnant. « Ce Centre financier agricole permettra aux caisses populaires de regrouper les spécialistes et ceuxci pourront partager leur expertise avec tous les membres », déclare la présidente du Comité de coordination.

Portefeuille de 21 millions  $

Lorsque le Centre financier agricole des caisses populaires de l’Est de l’Ontario verra le jour, en juillet, il se verra confier un portefeuille de financement de 21 millions de dollars répartis entre plus de 450 dossiers de prêts. Aux dires du président de la Fédération des caisses populaires de l’Ontario, il est souhaitable que d’autres caisses de la région se joignent au partenariat actuel afin d’augmenter le portefeuille existant.
« J’espère que d’autres caisses adhéreront prochainement à ce centre de services agricole », avoue Thomas Blais. Lise Lauzon va plus loin: « Pour les cinq caisses qui ont signé la convention, la création du Centre financier était très importante. Ils ont voulu y accorder une importance première. Pour ce qui est des autres caisses de la région, nous savons qu’elles sont autonomes de par leur conseil d’administration, je suis confiante que d’ici un an ou deux, elles se joindront au Centre », estime Mme Lauzon. M. Blais croit que les autres caisses de la région, que ce soit celle de Ste-Anne-de-Prescott, d’Embrun, de St-Albert, de Clarence Creek ou autres, sont actuellement en train d’analyser la situation.

« Elles attendent probablement que le Centre financier agricole fasse ses preuves pour y adhérer et c’est compréhensible car joindre le centre demande le partage des coûts financiers au prorata», déclare Thomas Blais. À noter que pour la première année d’opérations du Centre financier, le Comité de coordination a évalué les dépenses de l’ordre de quelque 400 000  $.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *