Volume 26 Numéro 04 Le 1er octobre 2008

Un débat agricole national à Ottawa

Par Simon Durand, directeur général, L'Union des cultivateurs franco-ontariens


À l’initiative de la Fédération canadienne de l’agriculture, un débat national sur l’agriculture a eu lieu le 29 septembre dernier à Ottawa.

Pour cette occasion, l’honorable Gerry Ritz, ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, Wayne Easter, porte-parole du parti Libéral pour l’agriculture, Kate Storey, porte-parole du parti Vert pour l’agriculture et Tony Martin, représentant du NPD pour les questions agricoles ont tenu le rôle de panéliste.

Ils ont répondu à sept questions préenregistrées, dont deux en français.

Les thèmes étaient:

  1. Programmes de gestion du risque de l’entreprise et nouveau programme « Cultivons l’avenir »;
  2. Création d’un système de relève et de transfert de ferme juste et raisonnable pour les agriculteurs canadiens;
  3. Intendance environnementale et participation des agriculteurs à la solution en réponse aux changements climatiques;
  4. Commerce: assurer l’accès des produits canadiens aux différents marchés et la réduction du soutien interne accordé par les pays étrangers à leurs producteurs;
  5. Salubrité et traçabilité des aliments et production respectueuse de l’environnement;
  6. Structures de commercialisation, gestion de l’offre, Commission canadienne du blé;
  7. Étiquetage « Produit du Canada » et besoin d’une plus forte participation des intervenants dans la mise en oeuvre des nouvelles lignes directrices.

Sans grande surprise, tous les partis s’entendaient pour affirmer que l’agriculture canadienne était importante et que les producteurs canadiens étaient les meilleurs.

Cela étant dit, plusieurs différences idéologiques importantes séparent les différents partis. Des différences notables existent notamment au sujet de la Commission canadienne du blé, de l’étiquetage des produits, du commerce international et des exportations et de la fonction première de l’agriculture.

Le parti Vert et le parti Conservateur étant les partis avec les idéologies les plus opposées.

Un autre élément commun aux quatre partis présents, bien que tous s’entendent sur l’importance de la relève, ils ont tous dérapé dans leur réponse et aucun n’avait de solution concrète à proposer afin de faciliter le transfert de ferme. Une déception’

Le débat étant trop long et les réponses trop variées pour être rapportées ici, je vous invite à visionner le vidéo intégral du débat sur le site internet du CPAC sous l’onglet « Débat sur l’agriculture ».

L’Union des cultivateurs franco-ontariens et la Fédération canadienne d’agriculture ne prenant pas position en faveur d’aucun parti politique, je préfère vous référer au site internet de la Fédération canadienne de l’agriculture où les plates-formes agricoles des différents partis ont été regroupées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *