Volume 26 Numéro 13 Le 4 mars 2009

Un nouveau président à la fédération canadienne d’agriculture

Par Simon Durand, directeur général, L'Union des cultivateurs franco-ontariens


Laurent Pellerin, nouveau président à la Fédération canadienne de l’agriculture (FCA).

Rompant avec une tradition bien ancrée, la Fédération canadienne de l’agriculture (FCA) a porté un Québécois à la tête de son organisme.
Lors de son assemblée annuelle qui s’est tenue à Ottawa les 24-25 et 26 février derniers, Laurent Pellerin, l’ancien président de l’Union des producteurs agricoles du Québec, a été élu au poste de président de la FCA.

Il s’agissait de la première élection pour le poste de président de la FCA depuis 1985. L’assemblée a préféré Laurent Pellerin, qui était anciennement 1er vice-président de l’organisme à Ron Bonnett qui en était le 2e vice-président. Les deux hommes, de bons amis, aux styles de leadership différents voulaient offrir l’opportunité de choisir à la salle bondée pour l’occasion.

Laurent Pellerin succède donc à Bob Friesen qui avait dû quitter ses fonctions afin de tenter sa chance en politique fédérale lors des dernières élections.

Priorités de Laurent Pellerin

Les priorités de Laurent Pellerin sont de premièrement amener plus de membres à la FCA, deuxièmement de faire du lobby afin que toutes les régions et toutes les productions soient unies et parlent d’une même voix forte et troisièmement, d’organiser des présentations afin que les producteurs soient le mieux servi et desservi possible.

Notons que Laurent Pellerin est le premier président québécois de l’histoire de la FCA. Lorsqu’interpellé sur le sujet, le principal intéressé a tout simplement répondu « qu’avec un petit risque on gagnait peu et qu’avec un gros risque on pouvait gagner gros. »

Ron Bonnet de l’Ontario a accepté de seconder Laurent Pellerin en tant que 1er vice-président et Garnet Etsell de la Colombie-Britannique complète le conseil exécutif de la FCA.

Ce changement de président et le maintient de Ron Bonnet au sein de l’exécutif de la FCA permettra tout de même d’assurer une continuité dans les dossiers que les deux hommes maîtrisaient déjà. Ceux-ci pourront se concentrer sur leurs forces afin de bien représenter les intérêts de tous les producteurs du pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *