Volume 30 Numéro 11 Le 8 février 2013

Un retour à la normale l’an prochain dans les grains?

Jean-Philippe Boucher

Par Jean-Philippe Boucher
Spécialiste en mise en marché du grain
jpboucher@grainwiz.com


Il y a actuellement de nombreuses incertitudes qui persistent dans les marchés: ralentissement des exportations américaines de maïs, fermetés de celles du soya, demande « surprise » de maïs dans l’alimentation animale, production d’éthanol qui tourne au ralenti aux États-Unis, conditions météorologiques incertaines en Amérique du Sud, problématique de chargement des bateaux au Brésil, etc..

 

Mais ultimement, tout se jouera en fonction des superficies ensemencées et des quantités récoltées cette année aux États-Unis. On pourra débattre de long en large de ce que seront les conditions météorologiques et l’état des sols chez nos voisins du sud l’été prochain, mais il ne fait aucun doute qu’essentiellement, tout se jouera autour de ces deux précédents éléments.

 

Toutefois, le fait de tenter de les prévoir avec acuité reste surtout un coup de dé. Quelques chiffres historiques nous permettent par contre d’élucider une partie du contexte que nous devrions connaître dans quelques mois.

Du côté du maïs, au niveau de l’écart entre les superficies semées et récoltées, il semble que la situation observée en 2012 n’a pas connu d’équivalent depuis les sècheresses qui ont frappé le Midwest dans les années 30, le fameux « Dust  Bowl ». Mais, fait intéressant, on remarque qu’envers et contre, il n’y a pas eu de recul des rendements à ce moment au cours de deux années successives.

 

Fait encore plus surprenant, en aucune circonstance depuis 1924 n’est-il arrivé que deux années successives de rendements exceptionnellement mauvais se succèdent. Autrement dit, il serait assez surprenant, bien que pas impossible, que cette année les rendements des producteurs américains ne soient pas dans le pire des cas, très près de la tendance moyenne, soit autour de 3,75 à 4 tm/acre. Combiné aux ensemencements records prévus pour l’instant, les États-Unis devraient donc profiter d’une récolte de maïs qui sera déjà certainement bien supérieure à celle obtenue en 2012.

 

Soya
La situation du soya est quelque peu différente. Tout d’abord, car le recul annuel du rendement obtenu par les producteurs américains aura déjà été certainement plus dramatique dans le passé. Ensuite, car même s’il s’agit de situation rare, on peut constater qu’il est déjà arrivé que de mauvais rendements soient observés deux années de suite et plus : dans les années 50, et ensuite dans les années 80. Il se peut donc très bien que cette année soit l’une de ces exceptions, bien que rien ne peut pour l’instant nous le confirmer.

 

Même si nous ne sommes pas à l’abri d’imprévus extrêmes comme l’été dernier, il est donc intéressant de constater que le biais historique favorise essentiellement un retour à la « normale » dans le maïs. Dans le soya, la situation est quelque peu différente et légèrement plus risquée. Mais il faut garder à l’esprit que, pour l’instant, les récoltes sud-américaines s’annoncent toujours prometteuses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *