Volume 34, Numéro 10, le 20 janvier 2017

Une deuxième plaque de « Maître-éleveur » pour Webb View Farms


Christina Pettey et son fils Austin de Webb View Farms qui vient de remporter une 2e plaque de Maître-éleveur de Holstein Canada.


Webb View Farms de Roseneath en Ontario vient de remporter sa deuxième plaque de Maître-éleveur décernée par Holstein Canada  ̶  Rencontre avec Christina Pettey, partenaire avec son conjoint Ian Pettey et son père Jim Webb de cette entreprise agricole familiale.

« Nous sommes entre Toronto et Kingston, en pleine campagne », explique Christina Pettey pour nous situer. Dans son village, le plus petit du comté de Northumberland, les agriculteurs échangent volontiers des conseils.

« On a de très bons éleveurs dans la région et ils nous ont beaucoup aidés à nous améliorer. »

Christina Pettey est heureuse de partager sa fierté à titre de maître-éleveuse et tout autant de pouvoir le faire en français. Rares sont les francophones par chez elle. Elle a séjourné un an en France pour apprendre la langue de Molière. Aujourd’hui, son fils Austin âgé de cinq ans  parle couramment le français et son mari se débrouille bien. Enseignante, quoique très active sur la ferme, elle se fait un devoir de promouvoir cette langue auprès de ses élèves. Dans le même esprit, elle a tenu à l’embauche d’un stagiaire, Tom Moiroux, un Français, qui a tellement aimé son expérience qu’il est revenu pour s’établir. Il est maintenant leur gardien de troupeau depuis trois ans. Cet été ils accueilleront un nouveau stagiaire du continent européen pour le seconder.

« Il n’y a pas d’école française par ici, mais de cette façon Austin peut parler français à la maison et mon mari fait beaucoup de progrès. C’est beaucoup plus facile. »

Une septième génération

Le jeune Austin représente la septième génération à vivre sur cette terre. Son grand-père, Jim Webb a remporté la première plaque en 2 000 avec un troupeau qui lui permettait de traire une quarantaine de vaches. Aujourd’hui, le troupeau compte 72 vaches en lactation.

« Mon père travaillait beaucoup sur la production du lait. Il a monté un très bon troupeau. Puis c’est avec l’arrivée de mon conjoint Ian qu’on a commencé être actifs dans les expositions. »

Natif du village voisin, Ian Pettey a débuté à temps plein sur la ferme de sa belle famille après avoir fait ses études en agriculture à l’Université de Guelph.

Une passion

D’exposition en exposition, le couple a fait école en côtoyant des éleveurs élites et utilisant à bon escient leurs conseils pour reconnaître un bon sujet, choisir le bon taureau ou faire de leurs vaches étoiles de très bonnes candidates pour la démonstration.

« C’est en parlant avec des gens qui ont des bonnes vaches que nous avons appris de petits trucs. »

Mme Pettey souligne la générosité d’Andrew et Jenn VanderMeulen d’Avonlea Genetics ainsi que de Gerald Caughlin de Trent Valley Holsteins.

« Nous avons été très chanceux d’avoir un comté aussi fort avec de grands éleveurs comme Kingway, Claircrest et d’autres tout aussi inspirants.»

L’apport d’un toiletteur est tout aussi crucial dans le domaine de l’exposition.

« Nous travaillons avec un toiletteur, Kyle Henderson, qui est avec nous depuis environ neuf ans et je dirais qu’il est l’un des meilleurs. Ç’est vraiment important d’avoir quelqu’un qui sait bien préparer. »

L’expérience de Christina Pettey pour l’entraînement des vaches n’est pas non plus étrangère à ce succès. Elle a fait ses classes au sein du 4-H de l’âge de 10 à 21 ans.

À partir de 2005 Webb View Farms ajoute beaucoup de quotas et commence à choisir ses sujets en étant plus sélective pour les traits de caractère et en retirant les moins performants du troupeau. En 2016, leur troupeau compte 23 vaches classées « Excellente », 47 « Très bonne » et 20 « Bonne ».

Le couple est devenu partenaire d’affaires de M. Webb en 2007. Ce dernier est toujours partenaire, mais ne participe plus activement aux travaux. Il a pris une retraite bien méritée. Tous les trois souhaitaient cette deuxième plaque pour Webb Viebb View Farms et voilà un grand objectif d’atteint. Maintenant, leur rêve est d’en obtenir une troisième et d’avoir une vache qui remporte sa classe à la Winter Royal Fair de Toronto, événement avec lequel ils sont déjà familiers. lIs avaient d’abord rêver de pouvoir y en présenter une, ils y en ont présenté plusieurs.

Des installations modestes

Comme l’indique Patricia Pettey, leurs installations sont très modestes, soit l’étable d’origine comme du temps de son père à laquelle se rajoute une section de traite de 28 places, soit une vieille étable à génisses converties. Les vaches sont attachées queue à queue et produisent une moyenne de 38 kg par jour. La traite se fait trois fois par jour et té comme hiver, les vaches sortent à l’extérieur pour quelques heures. Pour les besoins de la ferme, 700 acres, dont 150 acres loués, sont cultivés.

La famille Webb est fidèle, l’ancien gardien de troupeau, Neil Fheardown, a veillé au bien-être du troupeau pendant 43 ans avant de prendre sa retraite. En plus du nouveau gardien, l’équipe compte quatre employés à temps partiel et forme en quelque sorte une famille.

« On aime beaucoup la ferme et on travaille comme une famille. On a beaucoup de soutien de ma famille, mes beaux-parents et nos amis. »

Sa belle-mère, Dale Pettey, qui fait la comptabilité pour l’entreprise est leur partisane numéro un lors des expositions. C’est elle aussi qui ravitaille l’équipe de toutes ses victuailles. Elle est aussi appréciée qu’indispensable. « C’est la super maman! »

Le côté social

Le couple est très actif au sein du club Holstein de sa localité et au sein des groupes 4-H. Christina Pettey estime même que c’est avec les 4-H qu’elle a développé sa passion. « J’étais intéressée à exposer de bonnes vaches et mon père m’en a donné la chance.» Aujourd’hui elle y est chef de groupe et son fils a commencé à participer.

À Webb View Farms on grandit à l’aide des autres et le bon voisinage fait partie du paysage. Au lendemain de l’annonce faite par Holstein, le couple improvisait une journée « portes ouvertes » pour partager cet honneur avec le plus grand nombre.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *