Volume 33 Numéro 04 Le 09 octobre 2015

Une grande bataille de gagnée


Grâce à une entente conclue avec Chicken Farmers of Ontario (CFO) en collaboration avec l’Association des transformateurs de poulet de l’Ontario, Robert Laplante pourra procéder à l’abattage de 4 000 poulets par jours à ses installations de Monkland dans l’est de l’Ontario.

Par Chantal Quirion
redaction@journalagricom.ca


C’est une victoire pour Robert Laplante, producteur avicole de Sarsfield et propriétaire de l’abattoir Ferme avicole Laplante Ltée à Monkland qui obtient une augmentation substantielle de son quota d’approvisionnement. Il lui aura fallu pour ce faire, interjeter appel auprès du tribunal de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales de l’Ontario de la décision du conseil d’administration de Chicken Farmers of Ontario (CFO). À compter du 1er janvier 2016, il pourra traiter environ 500 000 kg de poulet par période contingentaire, ce qui se traduira par l’abattage d’environ 4 000 poulets par jour dans ses installations à Monkland. Le litige a finalement été réglé à l’amiable entre le producteur et CFO en collaboration avec l’Association des transformateurs de poulet de l’Ontario.

Initialement, la demande d’augmentation de quota déposée auprès des Producteurs de poulets de l’Ontario s’élevait à environ un million de kilogrammes. Néanmoins, l’issue de ces pourparlers satisfait M. Laplante. En vertu d’une entente de confidentialité, ce dernier ne peut dévoiler quel était son quota au départ.

« Tous les litiges ont été réglés avec cette entente-là. Ca été un long et difficile combat qui a duré près de quatre ans, mais en fin de compte c’est positif. Il y a quelqu’un un jour, qui m’a dit : ʺ si c’est une bonne entente, il n’y a personne de content. ʺ Il disait cela parce que pour arriver au résultat, chacun a dû donner un bout. Alors je confirme, c’est une bonne entente. »

Cette décision permettra au producteur d’offrir des emplois à temps plein à son personnel créant ainsi 25 postes permanents au sein de son entreprise. Avec de telles conditions, garder sa main-d’œuvre sera beaucoup plus facile. Lors de l’acquisition de l’abattoir de Monkland en décembre 2009, celui-ci ne fonctionnait qu’à un seul employé.

« C’est une bonne nouvelle pour l’entreprise, pour les employés et pour la région, car ça crée de l’activité économique et en plus ça donne une option bilingue. »

Dans la province, Ferme Avicole Laplante à Monkland est le seul abattoir commercial de poulets à l’est de Toronto et le seul à offrir le service en français. M. Laplante est par ailleurs le seul dans la région à produire le gros poulet, soit le chapon, alors que la majorité propose le petit poulet de rôtisserie. Il s’approvisionne donc au Québec pour compléter sa production.

« Il va y avoir une transition. Mon but est de travailler avec les producteurs locaux le plus possible. »

L’homme d’affaires devra aussi entreprendre des travaux à l’abattoir pour adapter ses installations aux nouveaux besoins. Ceci se traduira par un investissement de l’ordre de 300 000 $.

« Il va y avoir des agrandissements et des travaux d’amélioration pour le refroidissement. Je vais ajouter des salles, une chaufferie et un espace pour les produits non comestibles. »

C’est donc là un grand pas en avant, mais pas le dernier, indique le principal intéressé.

« On va continuer à travailler pour avoir de la croissance sans faire de litige. On va travailler à l’intérieur du système. Un jour, on va se rendre à notre million. »

Pour sa part, CFO commente la nouvelle de façon positive.

« Le CFO veille à répondre aux besoins des marchés de consommation du poulet, qu’il s’agisse de poulet traditionnel, de spécialité ou artisanal, ou encore, comme dans le cas présent, aux besoins de ceux qui recherchent un poulet élevé et transformé localement, dans l’est de l’Ontario. Cette expansion, contribuera aussi à répondre à un autre objectif de longue date de Chicken Farmers of Ontario, soit de favoriser la croissance économique de l’industrie du poulet et la création d’emplois dans la province, y compris la région Est », a indiqué Robert Dougans, président et chef de direction du CFO.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *