Le 5 juin 2002

Une journée qui promet d’être pleine d’expérience éducative au Collège d’Alfred le 5 juin Départ fulgurant du Festival de l’eau pour les élèves francophones

Par Pierre-Alain Blais


Les enseignant(e)s et les élèves de 4e année (de même que les classes doubles 3-4e et 4-5e) vivront une expérience unique au Festival de l’eau pour enfants de l’Est ontarien. Ce sera une journée remplie de plaisirs et d’expériences éducatives pour tout le monde.

C’est justement le mercredi 5 juin, qu’est donné le coup d’envoi du Festival de l’eau au Collège d’Alfred. On attend pour l’occasion plus de 300 élèves de six écoles du Conseil scolaire catholique du District de l’Est ontarien afin de participer au tout premier festival de l’eau préparé spécialement pour eux par des professionnels du Collège d’Alfred.
Les préparatifs d’un festival itinérant portant sur l’eau destiné aux élèves de l’Est ontarien vont bon train, confirme Suzanne Lafrance, coordonnatrice à l’Intendance environnementale de Prescott et Russell (IEPR). Le festival, qui devait débuter officiellement l’an prochain, est conçu pour enseigner l’importance des ressources aux futurs consommateurs, et cela dès le niveau primaire.
En complément du nouveau curriculum de l’Ontario
En fait, le Festival de l’eau pour enfants de l’Est ontarien s’est donné comme mission de montrer aux élèves à respecter l’eau et l’environnement, tout en ayant du plaisir. Le Festival permettra en outre de sensibiliser les élèves sur le cycle de l’eau, son usage, sa protection et le cycle écologique de l’eau dans leur communauté.

«Nous croyons que l’éducation sur les pratiques de conservation et de protection de l’environnement auprès des enfants est la clé afin d’assurer aux générations futures un approvisionnement en eau de haute qualité», écrivent les organisateurs dans une lettre circulaire qui a été envoyée à toutes les écoles francophones de l’extrême Est ontarien.

Au Collège d’Alfred

Au site du Festival de l’eau du Collège d’Alfred, les élèves en auront plein la vue. Ils pourront participer à plus de 30 centres d’activités interactifs, intéressants et amusants, qui couvriront les sujets suivant : les sciences physiques de l’eau; les systèmes de traitement et de distribution de l’eau; l’eau de surface et les eaux souterraines comme ressource; les relations entre les humains, les plantes, les animaux, le sol, l’air et l’eau; les perspectives aborigènes de cette interdépendance écologique; les interactions entre l’humain et l’eau; le rôle des technologies de l’eau dans le passé et aujourd’hui.

Enfin, assurent les organisateurs, toutes les activités corres- pondent au nouveau curriculum de la province de l’Ontario, ce qui devrait permettre aux enseignants de conclure en beauté une année de cours sur l’écologie et – l’environnement.

D’abord un projet-pilote

La Fondation Trillium de l’Ontario a récemment approuvé un projet présenté par une coalition d’organismes voués à l’éducation environnementale dans l’Est ontarien pour un projet d’éducation sur l’eau.

Le Festival de l’eau s’est vu octroyé 225000$ sur trois ans, mais les activités proprement dites sous l’égide de cette contribution financière ne devaient débuter qu’à l’automne 2002. «Nous ne pouvions pas attendre jusqu’en mai de l’an prochain pour démarrer le Festival de l’eau pour nos élèves francophones, explique Mme Lafrance. Nous avons donc réunis nos commanditaires et présenté un projet-pilote, à temps pour les sorties de fin d’année des élèves», ajoute la coordonnatrice de l’IEPR.

Suzanne Lafrance a confié à Agricom que la réponse au projet-pilote a été fantastique, autant du côté de la participation des écoles, que du côté des commanditaires. Les Comtés unis et le Collège d’Alfred ont chacun contribué un généreux 20 000 $ en fonds et en contributions non-monétaires. Le Conseil d’Intendance environne- mentale de Prescott et Russell et le Club Optimiste d’Alfred ont chacun donné 1000$. «Et c’est sans compter les dons et les multiples autres commanditaires qui font que le succès de cette journée est déjà assuré», ajoute Mme Lafrance.

Ensuite, pour les trois prochaines années, le site du Collège d’Alfred deviendra l’hôte d’un Festival de l’eau annuel à chaque mois de mai. On y attend des milliers d’élèves.

Un besoin de la population rurale

L’idée d’organiser un tel festival de l’eau découle de l’étude sur la gestion des ressources en eau de l’Est ontarien visant à préserver et protéger la nappe d’eau souterraine de cette région. Le festival s’inspire d’un événement similaire qui existe déjà à Waterloo.

«Ce sera très pratique tout en permettant aux enfants d’étudier des sujets dont ils connaissaient à peine l’existence tels que le fonctionnement des fosses septiques et des puits et la purification de l’eau», a déclaré le directeur général de la CNS, Dennis O’Grady. «Il s’agit d’une première dans l’Est de l’Ontario».

M. O’Grady précise qu’il y aura des discussions avec les commanditaires du festival de Waterloo de manière à ce que les deux festivals n’entrent pas en conflit et pour s’enquérir des possibilités d’emprunter du matériel. Il ajoute que l’idée du festival n’est qu’une des suggestions énoncées dans l’étude sur la gestion de l’eau dans l’Est ontarien qui a été déposée en juin.

La société de Conservation de la Raisin, des municipalités dont la ville d’Ottawa, les administrations de comté, les conseils d’intendance environnementale de l’Est ontarien, le Collège d’Alfred et quelques industries sont au nombre des commanditaires de l’événement qui sera bilingue.
M. O’Grady précise que l’une des principales leçons tirées de la sécheresse de l’an dernier est que les consommateurs d’eau doivent être formés le plus tôt possible si on veut leur inculquer un esprit de conservation. «Dans ce pays, nous avons toujours joui d’abondantes ressources en eau potable. Par conséquent, nous avons développé une attitude indulgente à l’égard de la conservation de ces ressources, s’imaginant qu’elles étaient inépuisables. Cette attitude doit changer et il vaut mieux commencer l’enseignement le plus tôt possible».

«Nous croyons que l’éducation sur les pratiques de conservation et de protection de l’environnement auprès des enfants est la clé afin d’assurer aux générations futures un approvisionnement en eau de haute qualité», ajoute Suzanne Lafrance.
Le Festival de l’eau pour enfants de l’Est ontarien se veut un événement annuel qui permet d’enseigner aux élèves de 3 et 4e année l’importance des ressources en eau.

Les élèves participeront à des centres d’activités en relation avec l’utilisation de l’eau et leur curriculum scolaire. Ce festival bilingue sera tenu une semaine par année à trois emplacements différents dans l’Est Ontarien (le Collège d’Alfred à Alfred, le centre de Conservation Baxter à Kars et à Upper Canada Village à Morrisburg). Un total de 12 000 élèves assisteront aux festivals. En outre, on estime à 600 le nombre de bénévoles qui donneront de leur temps au Festival.

La coordination des activités sera effectuée à partir des bureaux de l’Institut des sciences environnementales du fleuve Saint-Laurent, situé à Cornwall

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *