Volume 32 Numéro 18 Le 22 mai 2015

Une migration printanière à haut risque

SoniaFournier

Par Sonia Fournier
Collaboratrice
info@journalagricom.ca


Les milliers d’oiseaux sauvages migrateurs riment avec l’arrivée attendue du printemps 2015. Cette année, leur passage amène une part de risques qui donne la chair de poule à l’industrie avicole. Ce risque s’appelle H5N2 une souche particulièrement virulente de la grippe aviaire. Ces volatiles migrateurs semblent être les porteurs de ce virus affectant des élevages commerciaux.

Il y a un mois, un cas d’influenza aviaire dans un élevage de dindons est d’abord soupçonné puis confirmé. 80 000 dindons d’élevage ont depuis été euthanasiés dans le sud-ouest de l’Ontario.

Deux zones de quarantaine ont été mises en place par l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) dans le but de contenir l’infection. Les volailles dans ces zones sont surveillées étroitement et tous les décès sont analysés.

Les dindonniers et toutes les autres parties prenantes de l’industrie avicole ontarienne restent en alerte. Le Feather Board Command Center (FBCC) est l’organe central de réponse aux situations d’urgence qui réunit les producteurs de poulet, d’œuf, de dindon et des œufs d’incubation de l’Ontario. Le FBCC recommande à tous les producteurs d’adopter des pratiques de biosécurité renforcée même si leurs fermes ne sont pas visées par une quarantaine.

Au début de l’année, une situation semblable a affecté la Vallée du Fraser en Colombie-Britannique. Une éclosion semblable est en cours dans quelques états américains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *