Volume 32 Numéro 18 Le 22 mai 2015

Une relève dynamique


Josée Séguin, une jeune productrice dynamique dont le visage apparaît dans le calendrier Faces of Farming

Marc Dumont

Par Marc Dumont
Correspondant – Nord de l'Ontario
info@journalagricom.ca


Josée Séguin, c’est le visage de l’agriculture dans le calendrier Faces of Farming pour le mois de juin 2015. Et pour cause. Elle est la relève pour une 3e génération sur une ferme laitière à Noëlville dans le Moyen Nord de l’Ontario  et elle est déjà très impliquée dans le secteur.

« Après avoir terminé le cours en comptabilité au Collège Boréal, j’ai compris que de déménager en ville, ce n’était pas pour moi. Les animaux me manquaient », explique Josée. Depuis elle a acheté les parts de la ferme de sa mère et la moitié de celle de son père. C’était la proposition que présentait le comptable dans le plan de transition à la suite d’un plan d’affaires. Pour le moment, les parents n’envisagent pas prendre leur retraite et ça fait l’affaire de Josée que les décisions se prennent à trois. « Ce serait trop une grosse charge », affirme-t-elle. Avec le plan de succession, les parents, Jacques et Angèle Séguin, prennent des tâches, des responsabilités et ont des droits de prises de décisions.

Dans l’organisation de la ferme, son père voit à la culture des champs tandis que sa mère s’occupe de la comptabilité. Josée, de son côté, s’occupe des animaux, un troupeau laitier de 170 têtes incluant 85 vaches pur sang. Il arrive que les Séguin pratiquent l’insémination croisée lorsqu’il s’agit d’améliorer telle ou telle caractéristique d’une vache. Par exemple, on peut avoir recours à la race Jersey ou une race de boucherie. C’est Josée qui insémine selon les secrets de la génétique transmis par un oncle.

Parmi les plans d’avenir, il y a la construction d’une nouvelle grange pour remplacer celle construite par son grand-père en 1974. « Une nouvelle grange permettrait d’augmenter la production de lait et d’améliorer le confort des animaux, » affirme Josée. Mais ce n’est pas pour demain, ça dépendra s’il y a une relève. Une bonne discussion à avoir avec des neveux et des nièces. Cette nouvelle grange aura-t-elle des robots? « Ce sera une décision à prendre, » dit Josée. Elle hésite. « Si tu aimes traire, ça (les robots) enlève la relation. Tu n’es pas autant dans la vie des vaches. J’aime le lien avec les vaches. Pour moi, mettre la trayeuse sur une vache pleine de lait est comme une récompense. À cause de ça, avoir des robots, ça me fait peur. C’est moins de main — d’œuvre, mais tu t’occupes seulement des vaches malades… ».

Quand on parle de relève agricole, on parle surtout d’activités sur la ferme;  mais pour Josée, son implication active dans le secteur est aussi une partie importante de sa vie. Elle est présidente locale du comité du lait; elle assiste à la réunion annuelle des Producteurs laitiers de l’Ontario et se rend à certaines conférences. Josée est également une des 60 délégués de la coopérative agricole Gay Lea. En plus des 5 ou 6 réunions par année dans le sud de la province, elle se prépare à devenir membre du conseil d’administration de la coopérative en suivant 6 sessions de formation de trois jours sur une période de 2 ans. Elle a présentement complété la moitié du parcours. La formation est axée sur le côté stratégique de l’entreprise comme la conception, la planification et la présentation de projets.

Enfin pour quiconque veut prendre la relève de la ferme familiale, Josée insiste : « Ne le fais pas à cause de tes parents. Fais-le pour toi! Suis toujours tes rêves. Fais ce que tu aimes. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *