Volume 27 Numéro 20 Le 16 juin 2010

Une tornade touche terre à Ste-Anne-de-Prescott

Par Journal Agricom


Photo d’Agricom prise avec la permission de la famille Boekhoff.

Une tornade a touché les bâtiments d’une ferme un peu en retrait du chemin 18, à environ 1,5 km à l’est du village de Ste-Anne-de-Prescott, le samedi 5 juin dernier, vers les 5 heures de l’après-midi.

Environnement Canada a expertisé les lieux et a confirmé qu’il s’agissait fort probablement d’une tornade de classe F1, ou d’un « micro-burst » (un nouveau vocable pour décrire ces sautes de vent si violentes qu’elles s’apparentent à la tornade).

Au plus fort de l’événement, le vent aurait excédé les 170 km/h, si un anémomètre s’était trouvé sur les lieux et aurait pu y survivre.

Selon Environnement Canada, cette première tornade officielle de la saison dans le sud de l’Ontario, s’est par la suite dirigée vers l’est, en prenant soin d’éviter les villages de Ste-Anne et de Dalkeith.

La bande très étroite des dommages faisait entre 20 et 30 mètres de large sur quelque 8 kilomètres de long, « avant de se dissiper » à la frontière entre l’Ontario et le Québec. Les vents au centre de celle-ci ont varié entre 117 et 180 km/h.

Les dommages physiques à la ferme qui a été visitée par Agricom, sont surtout concentrés sur l’ancienne étable et l’installation de silos à grains.

L’ancienne étable laitière, heureusement vide au moment du drame, a été éventrée en son centre, les deux silos à ensilage en douves de béton ont été littéralement décapités, des douves ayant même été arrachées et dispersées un peu partout sous le souffle du vent qui rageait du nord-est.

Un gros silo à grain, qui était vide au moment des événements, a été violemment arraché de son socle en béton, soulevé et lancé à une dizaine de mètres de là. Maintenant, c’est un tas de ferrailles rabougries sur elles-mêmes.

Un réservoir de carburant siégeait presqu’au milieu de l’allée de ferme, au moment du passage d’Agricom, témoin de la tourmente à peine imaginable.

La maison, à quelques dizaines de mètres de là, ne semble avoir miraculeusement subi que des dommages mineurs, dont le pylône de l’antenne de télé, tordu comme de la paille, et des tuiles de toit redressées vers le ciel.

Les occupants s’en sont tirés physiquement indemnes mais avec une bonne frousse, et semblaient encore ébranlés plusieurs jours après le passage de la tempête infernale.

En fait, on peut se compter chanceux (dans ce malheur) que cette tornade n’ait pas touché terre seulement un ou deux kilomètres plus à l’ouest, soit plus exactement sur la butte où est situé le village de Ste-Anne-de-Prescott et sa belle église historique, dont la paroisse catholique fête ses 125 ans cette année. On aurait alors sûrement assisté à des dommages beaucoup plus considérables.

Un voisin a raconté à la télé nationale, que les précipitations étaient tellement intenses durant la tempête violente que « c’était comme si quelqu’un jetait des bacs d’eau dans les fenêtres ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *