Édition

Uniformisation des standards de vin de glace


Isabelle Lessard

Par Isabelle Lessard
Rédactrice en chef
redaction@journalagricom.ca


Le gouvernement canadien vient de publier un règlement qui exigerait que les vins de glace soient faits exclusivement de raisins gelés naturellement sur la vigne, ce qui ne plaît pas à certains producteurs québécois qui auront à se conformer à cette nouvelle norme.

L’application d’une définition commune de ce qu’est du vin de glace serait nécessaire pour ratifier un accord signé par le Canada qui, dit-on, facilitera le commerce de produits de vin avec les pays membres, soit l’Argentine, l’Australie, le Chili, la Géorgie, la Nouvelle-Zélande, l’Afrique du Sud et les États-Unis.

« Ces changements harmoniseront la définition du Canada du vin de glace avec celle de l’Accorde du Groupe mondial du commerce du vin sur les règles d’étiquetage du vin », a déclaré le ministre de l’Agriculture, Gerry Ritz.

Le Québec est cependant la seule province qui aura à se conformer à cette nouvelle exigence puisque les trois provinces qui produisent 95 % du vin de glace canadien, soit l’Ontario, la Colombie-Britannique et la Nouvelle-Écosse font tous geler les raisins naturellement sur la vigne avant de les presser, immédiatement après la récolte.

« Nous avons donné notre accord à cette définition pour nous assurer de l’authenticité des vins de glace produits au Canada », a confié à l’Agricom la directrice générale du Grape Growers of Ontario, Debbie Zimmerman.

Alors qu’en Ontario et en Colonbie-Britannique, le Vintners Quality Alliance (VQA) et la BC Wine Authority exigeaient déjà cette méthode de production, le Québec a tardé à mettre en place un cadre réglementaire provincial régissant la production de cette boisson alcoolisée.

Des 22 producteurs québécois de vins de glace, 21 d’entre eux devront donc changer leur méthode de production d’ici janvier 2014.

C’est que ceux-ci utilisent des filets pour retenir les raisins sur la vigne jusqu’à ce que les températures atteignent un minimum de -8 degrés Celsius, ce que ne permet pas la nouvelle norme d’identité proposée par Ottawa.

Ceux qui ne voudront pas se conformer à la méthode de production exigée devront renommer leur produit, par exemple, « vin de dessert ».

Le Canada a exporté pour 13,4 millions $ de vins de glace en 2011, dont 85 % de cette production est attribuable à l’Ontario.

Dans cette province, la production de vin de glace est encadrée par la VQA selon la Loi de 1999, mais on en produit depuis 1984. En 2008, la production a atteint un record de 1,3 million de litres, alors qu’il s’en est produit 700 000 litres l’année dernière. Les principaux cépages sont le vidal blanc, le riesling et le cabernet franc.

Une réflexion au sujet de « Uniformisation des standards de vin de glace »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *