Volume 30 Numéro 17 Le 10 mai 2013

Vaincre la faim en contrant le gaspillage alimentaire


Le projet de loi prévoit accorder aux fermes un crédit de taxes équivalent à 25 % du prix au détail des aliments offerts gratuitement aux banques alimentaires. Photo : BigStock

Par Isabelle Lessard, journaliste


Un projet de loi privé pourrait permettre aux banques alimentaires de s’approvisionner plus aisément en fruits et légumes frais auprès de fermes locales, tout en permettant aux agriculteurs de réduire leurs impôts.

S’il est adopté par l’Assemblée législative de l’Ontario, le Taxation amendement Act permettrait aux plus démunis de mieux s’alimenter et de consommer la quantité quotidienne de fruits et de légumes recommandée par le Guide alimentaire Canadien grâce à des dons provenant de producteurs agricoles.

Indigné de constater la quantité de récoltes gaspillées par les agriculteurs et d’observer parallèlement les besoins grandissants des banques alimentaires de la province, le député de Sarnia-Lambton, Bob Bailey, a décidé de déposer son propre projet de loi pour contrer ces deux problèmes.

Le projet de loi prévoit accorder aux fermes un crédit de taxes équivalent à 25 % du prix au détail de la marchandise offerte gratuitement aux banques alimentaires.

De plus, la loi permettrait de reporter les crédits de taxes inutilisés jusqu’à un maximum de cinq ans.

Selon les chiffres présentés par le député, plus de 25 millions de livres d’aliments frais sont jetés à la poubelle ou laissés aux champs, faute d’acheteurs pour des produits imparfaits. Alors que ces produits sont tout à fait comestibles, les chaînes alimentaires et les consommateurs refusent de les acheter pour des raisons esthétiques : une tache ici, une bosse là.

La forme, la grosseur et la couleur sont des critères de plus en plus importants responsables d’une bonne partie du gaspillage alimentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *