Volume 33 Numéro 21 Le 8 juillet 2016

Vers une culture continue en serre pour le poivron


Crédit photo: Aginnovation

Par Par Lilian Schaer, pour AgInnovation Ontario


Les producteurs de légumes de serre de l’Ontario mettent à l’essai de nouveaux systèmes d’éclairage dans l’espoir de pouvoir récolter des produits locaux à longueur d’année.

Il n’y a pas suffisamment de lumière naturelle dans le Sud de l’Ontario durant les mois d’automne et d’hiver pour que les cultures de poivrons en serre restent saines jusqu’à la récolte.

C’est ce qui a mené l’organisme Ontario Greenhouse Vegetable Growers (OGVG) à obtenir du financement par le biais du Programme ontarien d’innovation agricole (POIA) pour des projets de recherche visant à évaluer l’efficacité de systèmes d’éclairage d’appoint utilisant des lampes au sodium à haute pression (HPS) suspendues ou des lampes à diodes électroluminescentes (DEL) placées à la hauteur des plantes.Jusqu’à présent, les résultats sont encourageants et les plantes réagissent bien à une quantité de lumière d’appoint de 200 micromoles (quantité de particules de lumière) par mètre carré. Le rendement actuel équivaut déjà à celui des cultures produites durant la saison de croissance normale et devrait augmenter au fil du temps.

« L’éclairage d’appoint permet à la plante de pousser, de se développer et de fructifier à longueur d’année. Sans cette lumière, les plantes ne poussent pas aussi bien et ne produisent pas autant de fruits, car les périodes d’ensoleillement sont trop courtes en automne et en hiver. Ces systèmes ouvrent des possibilités nouvelles », explique Peter Quiring, propriétaire et président des fermes NatureFreshMD, à Leamington, où ont lieu ces essais. L’entreprise cultive des poivrons doux sur une exploitation de 130 acres sous verre à Leamington et a récemment fait construire une serre de 15 acres en Ohio. La construction d’une superficie supplémentaire de 30 acres devrait s’achever d’ici la fin de 2016. Leur culture est normalement plantée en janvier, et comme le poivron doux nécessite 13 semaines du semis à l’apparition des premiers fruits mûrs, la période de récolte s’étale d’avril à décembre.

« Avec l’éclairage d’appoint, la récolte est continue. Nous pouvons placer les plants dans la serre en septembre et récolter les fruits dès janvier », indique M. Quiring en ajoutant que la période de récolte des poivrons de serre de l’Ontario coïncide avec celle du Mexique et des Caraïbes durant les saisons intermédiaires de l’automne et du printemps. « Les consommateurs préfèrent acheter des produits canadiens et une telle production réduirait significativement les milles alimentaires puisque nous sommes situés à une journée de route de la plupart des marchés de la côte Est. »

Le financement accordé par le POIA a été un élément important du projet, car il a permis d’effectuer des travaux de recherche de manière collective pour l’ensemble de l’industrie au lieu de contraindre chaque producteur à s’attaquer seul au problème, ce qui aurait un coût exorbitant. De plus, un tel partenariat avec une exploitation de serres commerciales permet de mettre à l’essai la technologie à grande échelle, ce qui n’est souvent pas possible dans de plus petits centres de recherche.

« Il s’agit d’un travail tout à fait novateur. Du meilleur de mes connaissances, nous sommes les seuls en Amérique du Nord à effectuer des essais d’éclairage dans une serre de poivrons; une production à longueur d’année est la voie de l’avenir. Bien que le coût de cette technologie demeure plutôt élevé, nous devons produire plus avec moins », soutient M. Quiring. « Nous devons continuer à nous positionner à la fine pointe de l’innovation afin d’accroître les rendements, d’assurer la salubrité des aliments et d’améliorer notre efficacité générale. »

Le Programme ontarien d’innovation agricole reçoit des fonds de Cultivons l’avenir 2 (CA2), une initiative fédérale, provinciale et territoriale. Le Conseil de l’adaptation agricole contribue à l’exécution de CA2 en Ontario.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *