le Vendredi 2 Décembre 2022
le Jeudi 10 novembre 2022 10:02 | mis à jour le 10 novembre 2022 10:35 Élevage

Vicki Brisson, une jeune femme passionnée

Vicki Brison
Vicki Brison

Jeune professionnelle franco-ontarienne qui brille dans le milieu de l’agriculture, Vicki Brisson a grandi sur la ferme laitière de ses parents, Julie et André Brisson, à Embrun. Aujourd’hui, la jeune femme est spécialiste des services techniques auprès des ruminants pour l’entreprise québécoise Jefo, laquelle se spécialise dans la nutrition haute précision du bétail.

Très jeune, elle s’est impliquée dans sa communauté. En suivant l’exemple de ses parents, elle a joint l’organisation des 4-H. « Mes parents ont toujours été très impliqués dans notre communauté. Ils nous ont donné la piqûre déjà très jeune », explique Vicki Brisson . Elle a dû attendre d’avoir l’âge de 11 ans avant qu’un club 4-H francophone s’ouvre dans sa région. Elle s’y est impliquée jusqu’au bout pendant 10 ans. « Ce qui est beau avec les 4-H, c’est la variété d’opportunités d’apprentissage. Apprendre en travaillant est une devise que j’intègre dans ma vie de tous les jours », poursuit-elle.

Cette organisation lui a permis d’être engagée au sein de différents clubs dont le club vétérinaire ou encore le club des producteurs.  À ce moment-là, elle songeait à faire carrière en médecine vétérinaire.

Son implication lui a donné l’occasion de développer un réseau de personnes comme elle : des Franco-Ontariens passionnés par l’agriculture. C’est ce qui l’a convaincue d’aller étudier à Guelph et de ne pas s’exiler au Québec pour poursuivre ses études, même si son père a vendu le troupeau de vaches laitières quand elle était encore jeune.

La production laitière est au cœur de son parcours scolaire. En 2016, elle s’est vu recevoir une bourse d’études de 1 000 $ par Lely Future of Dairy pour son implication dans ce milieu. Elle remporte aussi la bourse d’Ottawa Valley Farm Show de 2 500 $ à la fin de ses études de premier cycle.

Après son baccalauréat en sciences animales, la jeune femme suit un stage dans le monde du conseil de vente laitière.  Le déclic se fait : Vicki voulait en savoir plus au sujet du volet prévention. Elle cherche des réponses pour aider les producteurs du monde de la production laitière. Son parcours a changé de direction. Elle décide de faire une maîtrise en nutrition animale.

Vicki Brisson s’intéresse à la compréhension de l’absorption de vitamine B chez les ruminants. Tout ça, dans le but d’améliorer l’efficacité de la production laitière. Elle avoue qu’elle ne connaissait rien en modélisation mathématique. Mais fidèle à ses habitudes, elle a sauté à pieds joints dans l’inconnu.

Toujours tournée vers sa communauté, Vicki Brisson s’est proposé pour être membre du Conseil canadien de la jeunesse agricole. Elle en est à son deuxième mandat. C’est « une belle opportunité de mettre notre grain de sel dans les projets. L’avantage d’être un groupe de jeunes dédié à l’agriculture est qu’on est dédié à notre futur, on amène une vision nouvelle aux problèmes persistants », souligne-t-elle. En tant que francophone hors Québec, elle se sent investie d’un autre mandat:  « j’apporte cette vision différente, celle de s’assurer que les ressources soient disponibles en français ailleurs qu’au Québec. »

Tout ça n’était pas suffisant pour elle. L’étudiante dynamique a décidé de co-fonder le Réseau des femmes en agriculture dans l’Est ontarien (RFAEO). Tout est parti d’une page Facebook et surtout de l’idée de créer un espace où ces femmes pouvaient se rencontrer. Une initiative qu’elle a observée quand elle était à Guelph et qui semblait manquer dans sa région natale.

« J’ai toujours eu la chance d’être bien entourée de femmes fortes en agriculture. J’ai démarré une page Facebook, sans trop avoir de structure, j’ai juste sauté. De là les femmes ont répondu de façon ahurissante, ç’a été incroyable de voir la réponse des femmes. On en avait besoin. » – Vicki Brisson

 

La suite

Selon la jeune femme, les prochains défis des agriculteurs sont de s’adapter aux changements climatiques. «  On doit les célébrer [les agriculteurs]. On doit continuer de les épauler. Ils et elles aussi pensent à leur futur », déclare la jeune professionnelle.

Aujourd’hui, alors qu’elle est à l’emploi de Jefo, Vicki Brisson voit son mandat auprès de l’entreprise comme une opportunité de se développer en français. « C’est une entreprise quand même assez jeune et qui est en croissance. On a des collègues d’un peu partout à travers le monde. », explique-t-elle.

Son mantra est « si tu veux aller vite, marche seul. Si tu veux aller loin, marchons ensemble ». Si elle a accompli beaucoup de choses dans les dernières années, c’est grâce à sa passion et aussi à son entourage qui la soutient.

« Je viens d’en accomplir beaucoup, je pense que je veux continuer dans la même direction, continuer d’avoir un impact et continuer à m’améliorer. » – Vicki Brisson