le Samedi 4 février 2023
le Lundi 5 Décembre 2022 13:34 | mis à jour le 7 Décembre 2022 16:42 Vie rurale

Retour réussi du Village Noël Témiskaming

  Le Voyageur - Marc Dumont
Le Voyageur - Marc Dumont

Après deux ans d’absence à cause de la pandémie, le Village Noël Témiskaming était très attendu. Il s’est déroulé à New Liskeard les 24, 25 et 26 novembre. Cette année, le Village est déménagé sur le terrain de la foire agricole. Les artisans ont apprécié avoir plus d’espace pour exposer leurs produits et les visiteurs ont apprécié avoir plus d’espace pour circuler.

« Ça ressemble plus à la rue principale d’un vrai village », a commenté un visiteur. Lors des derniers Villages qui ont eu lieu dans le centre-ville de New Liskeard, la foule était si dense qu’il était impossible de circuler avec des véhicules électriques pour les gens à mobilité réduite.

Cette année, l’espace ne manquait pas et la foule était au rendez-vous. « C’est tellement mieux que la dernière fois », a-t-on entendu plusieurs fois de la bouche de visiteurs. Autour des 32 maisonnettes occupées par les artisans, le Village Noël Témiskaming s’est vécu dans la joie de vivre et des souvenirs de Nouvelle-France.

L’Association canot-camping du Témiscamingue faisait revivre l’histoire de la traite des fourrures et de la vie quotidienne des voyageurs au début de la colonie. « Yves Renson et son groupe de voyageurs captivent les visiteurs avec leurs costumes d’époque, leurs démonstrations et la reconstitution d’un campement de voyageurs », dit l’instigatrice du Village, Réjeanne Bélisle-Massie.

Parmi les autres animations, il y avait une estrade où les talents locaux ont pu amuser la foule. Devant celle-ci, les danseurs de la Troupe la danse en folie ont présenté des danses folkloriques habillés en costumes d’époque. Par la suite, ils ont fait participer la foule, au plus grand plaisir de plusieurs.

Dans ce même esprit, les visiteurs ont pu entendre le témoignage du sculpteur autochtone Carl Chevrier. Il a expliqué le symbolisme derrière la construction d’un canoë d’écorce : la cueillette de l’écorce, le montage de la construction et la réalisation du canoë. « Après cette dernière étape, tu peux commencer ta vie, explique-t-il. Et tout se fait dans le respect des autres et de la nature, rien n’est gaspillé. »

Les Métis avaient aussi leur pavillon et une tente où les enfants pouvaient entendre des histoires en français ou en anglais.

Nouvelle expérience

Comme les années précédentes, le vendredi accueillait les enfants et les élèves de toutes les écoles de la région. On leur avait préparé des activités et des jeux.

À l’occasion, l’ACFO Témiskaming avait organisé une visite du site pour faire vivre la vie d’antan à 13 nouveaux arrivants francophones. Anne-Marie Loranger et Jean-Claude Carrière ont animé le groupe. Ils ont fait tout le circuit, dégusté la tire sur la neige, chanté des chants folkloriques avec un guitariste et mangé une queue de castor.

Cette année encore, il y avait des feux pour se réchauffer à plusieurs endroits sur le site. Les visiteurs venaient se reposer entre les visites chez les artisans. Ceux-ci ont fait de bonnes affaires.

« Je n’ai pas pu voir ce que les gens préféraient, j’ai vendu de tout », a déclaré le menuisier Martin Moreau. «Je reviens l’an prochain.» À la maisonnette du vendeur de produit de l’érable, ce n’était que sourires tant les ventes avaient dépassé ses espérances.

Un évènement comme le Village Noël Témiskaming ne voit pas le jour sans une organisation, des commanditaires et l’appui de la municipalité de Témiskaming Shores. Village Noël Témiskaming est le fruit du travail de l’équipe du Centre culturel ARTEM et de ses 156 bénévoles durant l’évènement. « Avec tout le travail en coulisse, c’est plus de 10 000 heures. Dès cette semaine, il faut commencer la planification du Village 2023 », dit Mme Bélisle-Massie.

L’édition du Village Noël Témiskaming de 2022 a été un franc succès. « La foule était vraiment là : plusieurs milliers de gens. Les gens étaient heureux malgré la boue. Beaucoup de gens sont venus du Québec. Le résultat en valait la chandelle », assure Mme Bélisle-Massie.