le Samedi 4 février 2023
le Mercredi 21 Décembre 2022 10:06 Blogue

Le sapin passe pas dans’ porte, on appelle les pompiers!

Sandra Clément, agricultrice à Embrun et blogueuse avec Agricom
Sandra Clément, agricultrice à Embrun et blogueuse avec Agricom
Dans le temps des Fêtes, certains ont les yeux plus gros que la panse. D’autres ont le sapin plus gros que la porte. Ça nous est arrivé pas plus tard que l’an dernier.

La récolte de l’automne 2021 s’est terminée fin novembre, juste à temps pour aller chercher le sapin la première fin de semaine de décembre.

Aller chercher notre sapin de Noël, c’est une façon pour nous de passer à la prochaine saison. Fini le stress des récoltes, place aux réjouissances des Fêtes. On ne le savait pas, mais on allait stresser encore un peu.

À notre maison de ferme à Embrun, nous avons un plafond cathédrale de 18 pieds. Moi qui aime beaucoup les sapins, j’en voulais un grand. Seize pieds! Nous l’avons trouvé au Boisé Brabant et nous l’avons coupé nous-mêmes.

Vous me voyez venir : quand t’as un plafond cathédrale, t’es vraiment à risque d’avoir le sapin plus grand que la porte.
L’amour rend aveugle. Ça s’applique aussi aux sapins. Tu tombes en amour avec un sapin, tu le vois déjà dans ton salon et tu l’achètes. Évidemment, il n’a jamais l’air si grand que ça avant qu’il arrive à la maison.

Les sapins des pompiers

J’ai grandi au village d’Embrun. Mon père, Lucien Bertrand, a été pompier volontaire pendant plus de 30 ans. Il était le #52!

Grandir avec un Dad qui est pompier volontaire dans les années 1970 à 1990 dans un petit village, c’était aussi grandir à la station de pompiers, où nous formions une grande famille.

Il y avait les pompiers, les conjointes et les enfants qui participaient à toutes les collectes de fonds de l’association des pompiers. Des soupers de fondue, courses d’auto sur glace et ventes de sapins de Noël.

Ces sapins étaient récoltés par les pompiers eux-mêmes. Plus de 300 arbres par année, de six à huit pieds, vendus entre 12 $ et 20 $. Les arbres étaient mis en vente directement à la station de pompiers qui anciennement se situait sur la rue Notre-Dame d’Embrun. L’endroit est devenu la Brasserie Étienne Brûlé. L’argent amassé servait à acheter des équipements pour les pompiers.

Chez moi, pas question de sapin de Noël en plastique! Toujours un vrai sapin. Mon père nous laissait le choisir parmi tous ceux qu’il avait rapportés. C’est de là que vient mon grand amour des sapins.

J’aime tellement les sapins qu’en 2020, j’en ai planté 1500 chez moi, grâce à un programme de Conservation de la Nation Sud avec Forests Ontario. Ça, c’est une autre histoire de sapin que je vous raconterai un jour.

Au secours!

Les pompiers d’Embrun ne vendent plus de sapins, mais quand j’ai vu que mon sapin de 16 pieds avait les branches trop larges pour passer par notre porte de maison, j’ai pensé à eux.

Dans le temps, les gens appelaient les pompiers pour toutes sortes de services. Ça sonnait chez nous et il m’est même arrivé de répondre. Ça m’aurait pas étonné que quelqu’un appelle les pompiers pour aller placer ses lumières de Noël sur un grand sapin devant sa maison.

Là, mon mari, mes filles et moi, on se trouvait un peu épais face à notre sapin surdimensionné. Petit détail : ses branches n’avaient pas été enroulées dans de la corde ou un filet, comme pour la plupart des sapins vendus pour Noël.

Frustrée, j’ai lâché : on va faire un petit feu avec pis on va aller en acheter un au magasin dans une boîte !

Pour réussir à enlever les deux pans de porte, il a fallu démonter la démonter au complet. Quel stress! On a eu peur de tout briser. Je me suis promis d’un jour remplacer la porte-patio par des portes françaises.

Le sapin a fait son chemin jusque sous notre plafond cathédrale et nous l’avons mis à notre goût. On a enfin pu se détendre. On a appris une bonne leçon et ça nous a donnée une bonne histoire de sapin à raconter pour longtemps!

Cher lectrice, cher lecteur, de mon sapin au vôtre, j’aimerais vous souhaiter de joyeuses Fêtes et du bon temps avec vos familles autour de vos sapins! Je vous laisse avec une petite réflexion : si les sapins de Noël pouvaient parler, à quoi ressemblerait l’histoire de votre sapin?