Comment éviter les moustiques

La présence de moustiques et de mouches est inévitable. Sur une ferme, ceux-ci sont une nuisance économique. Il existe des mesures simples pour éviter que votre ferme ne devienne un paradis à mouche. La première chose à faire est d’éviter de les inviter : la prévention c’est la clé. 

Un amas de fumier est un lieu de reproduction idéal, tout comme la litière et l’accumulation d’aliments. Pour éviter que ces endroits ne deviennent une pouponnière, allez régulièrement les déranger. Nettoyez, déplacez, virez ces amas pour exposer les œufs ou les larves. Ils ont plus de chances de mourir s’ils ne sont pas au chaud et à l’abri des vents.

L’eau stagnante est aussi un excellent nid à moustiques. Vérifiez constamment s’il n’y a pas d’accumulation d’eau autour des bâtiments causés par une fuite. Les abreuvoirs doivent être inspectés quotidiennement pour vérifier que des mouches ne s’y développent pas.

Ensuite, une bonne aération permet de réduire le taux d’humidité de la matière organique comme les copeaux, la paille ou le fumier. Cela décourage les mouches quand elles se cherchent un nid. L’installation de moustiquaires autour des étables, des poulaillers ou d’autres abris peut aider à réduire l’accumulation de mouche à l’intérieur des établissements.

Si vous constatez une présence anormale de mouches, les pièges traditionnels sont toujours pratiques. Faites attention au piège à mouche de type désinsectiseur électrique. Les cadavres de mouches peuvent être porteurs de maladie et continuer de faire des dommages. Cet outil doit être combiné à un nettoyage fréquent.

Combattre le mal par le mal

Les parasites peuvent devenir votre allier. Certains insectes comme la guêpe parasite peuvent être introduits dans le fumier, la terre ou la paille. Bien utilisé, elles peuvent réduire de moitié la population de mouche. D’autres comme les nématodes peuvent réduire la présence d’asticots dans les litières. Dans le même genre, les histers sont utilisés pour combattre les asticots dans la fiente de volaille.

Ces parasites doivent être introduits tôt dans l’environnement pour être efficaces. Elles arrivent sous forme de pupes ou de larves et prennent quelques jours à devenir adulte. La fin du mois de mai est recommandé pour débuter cette tactique.

Chez l’humain

Ce ne sont pas les mêmes bestioles qui viennent déranger l’humain. Pourtant elles sont toutes aussi fatigantes. Des mesures pratiques et simples peuvent vous aider à traverser la saison des mouches. Pour les éviter, privilégiez des vêtements clairs. Évidemment les savons et parfums odorants sont à proscrire lors d’activité extérieure en forêt. Les anti-moustiques chimiques restent toujours efficaces. Pour une alternative plus naturelle, s’asperger de citronnelle ou s’entourer de cette odeur garde les mouches à distance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.