Économie et politique

Le marché des grains en 2021


Photo : Archives Agricom, Isabelle Lessard


Par Ralph Beauvoir Arg., M. Sc. Collaborateur en agroéconomie

Avec la fin de la saison agricole de 2020-2021, c’est le début des bilans de récoltes des grandes cultures. Dans l’ensemble général, les aléas climatiques de l’ouest du pays ont affecté les rendements, mais les prix se portent bien de façon globale sur l’ensemble des marchés.

Au Canada, environ 31,5 millions d’hectares ont été ensemencés en céréales et oléagineux.

Le blé et le canola représentant près de 60 % de cette superficie. Bien que la superficie ensemencée et le rendement du blé ont augmenté, l’offre n’a que légèrement augmenté, certainement affectée par la sécheresse générale dans l’Ouest canadien. La production du blé dur est de 7,33 mégatonnes (Mt) avec un prix au comptant moyen de 302 $ la tonne. La production de blé (à l’exception du blé dur) s’élève à 28,6 Mt. Le prix au comptant moyen du blé roux (CWRS) était d’environ 270 $/tonne durant la saison agricole 2020-2021, avec un apogée de 380 $ la tonne à la mi-juillet.

Durant l’année 2021, la production est estimée à 18,7 Mt, ce qui est inférieur à la moyenne quinquennale de 20 Mt. Le Canada a vendu un volume record de 21,3 Mt de canola. Le prix moyen est de 730 $/tonne nettement supérieure à la moyenne quinquennale de 513 $/t. Avec un niveau de stock de fin d’année très faible, environ 0,6 Mt, les prix pourraient encore augmenter pour atteindre la barre des 900 $/t.

Malgré une baisse de la superficie ensemencée et de celle récoltée, la production de maïs a connu une légère augmentation passant de 13,4 millions à 13,5 millions de tonnes. Ceci est notamment dû au rendement qui est passé de 9,24 t/ha à 9,63 t/ha. La production de maïs aux États-Unis en 2021 devrait atteindre 14,8 milliards de boisseaux selon l’United States Department of Agriculture (USDA), soit une hausse de 568 millions par rapport à l’année dernière. Selon Agriculture et Agroalimentaire Canada, le prix moyen du maïs Chatham pour 2020-2021 devrait augmenter de 38 % par rapport à 2019-2020 et s’établir à 300 $/t, en partie soutenu par une demande accrue et les forts prix du maïs aux États-Unis.

Somme toute, les prix des grains restent élevés. Avec des prix aussi intéressants, les producteurs pourraient être tentés d’ensemencer plus de superficies pour la prochaine année. Une telle augmentation pourrait avoir des répercussions sur les prix. Toutefois, il reste à surveiller les deux plus grands facteurs de la volatilité des prix des grains, soit le climat et la puissance mondiale de la Chine. Les aléas climatiques peuvent facilement jouer sur l’offre et la Chine peut facilement influencer la demande.

Retournez à la page d’accueil d‘Agricom.

Suivez-nous!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *