Quand carrière de rêve et amour des animaux ne font qu’un

Par Dre Maude Briand-Lemay, DMV et professeure à temps partiel au Collège Boréal
Avril 2022

Entre son cours de principes de pharmacologie et son laboratoire d’anatomie et physiologie animale, Ann-Frédérique Lambert s’arrête un moment pour parler de son parcours. L’étudiante de première année du programme Techniques de soins vétérinaires (TSV) au Collège Boréal confie que plusieurs facteurs l’ont amené à étudier au site d’Ottawa. « J’ai choisi un programme qui est près de chez moi et qui est plus court que les trois années exigées dans les cégeps du Québec. Je gagne donc un an, c’est vraiment avantageux » explique l’étudiante. En effet, le programme TSV au Collège Boréal, offert à Sudbury et Ottawa, se complète en deux ans. 

Une formation en TSV permet d’accéder à une panoplie de carrière. Il est possible de travailler auprès des animaux de compagnie et des grands animaux, d’animaux exotiques ou encore des animaux de laboratoire et de la santé publique. 

La pénurie de vétérinaires pour les animaux de ferme, situation qui se fait sentir depuis plusieurs années, a changé la pratique professionnelle en TSV. « On confie aux techniciennes et techniciens davantage d’actes délégués, puis de la gestion et du travail administratif. Donc, les expériences sont variées et enrichissantes tant à la ferme qu’au bureau », explique Dr Dorais médecin vétérinaire pour les animaux d’élevage travaillant aux Services vétérinaires de l’Est ontarien et enseignant au Collège. 

Ann-Frédérique Lambert, étudiante de première année, aux côtés de sa professeure, Annie Séguin, au cours d’un laboratoire de chirurgie et d’anesthésie.
Des étudiantes de la promotion 2022 à pied d’oeuvre lors du cours  d’exercices cliniques d’animaux d’élevages. 

Le programme TSV dans lequel Ann-Frédérique s’est lancée l’amène à élargir ses connaissances dans une multitude de matières des soins de base à la dentisterie en passant par les pathologies d’animaux exotiques. À la fin du cursus, l’étudiante devra compléter un stage en milieu de travail pendant cinq semaines – une expérience qui va la plonger dans le monde de la santé animale et des professionnels qui y œuvrent. « La plupart des nouveaux diplômés de 2022 ont été embauchés là où ils ont effectué leurs stages; le taux de placement s’approche de 100 % pour cette cohorte », dit fièrement Annie Séguin, technicienne vétérinaire certifiée, professeure à temps plein et coordonnatrice du programme au site d’Ottawa. 

Enfin, précisons que la profession commence à s’attirer la reconnaissance salariale qui lui est due. Les salaires sont en hausse depuis les dernières années et, selon l’Ontario Association of Veterinary Technicians, en 2021, le salaire moyen des nouveaux diplômés avait augmenté de 13% par rapport à celui de 2019. 

Une profession qui se spécialise de plus en plus 

Un secteur de la médecine vétérinaire en plein essor est celui des soins spécialisés et d’urgence pour les animaux de compagnie. Brandon Zweerman, directeur général de l’Ottawa Animal Emergency and Specialty Hospital (OAESH), en sait quelque chose. Ce centre spécialisé et d’urgence 24h pour les chats et chiens est un partenaire éducatif du Collège. C’est dans cet établissement ultramoderne qu’Ann-Frédérique aura la possibilité de parfaire sa technique durant ses laboratoires pour petits animaux. 

Plusieurs diplômés en TSV du Collège Boréal travaillent déjà à OAESH. Pour Zweerman, les diplômés en TSV du Collège Boréale se démarquent par « leurs aptitudes techniques à leur arrivée sur le marché du travail qui sont une grande force. Leur bilinguisme, un atout pour nous puisque nous accueillons une importante clientèle francophone, les fait aussi sortir du lot et influence nos embauches. » 

À la fin de son parcours académique, Ann-Frédérique aura à sa portée un large éventail de possibilités de carrière dans la grande région de la capitale nationale, voire même ailleurs. Que ce soit dans les cliniques de pratique générale pour petits animaux, animaux exotiques ou grands animaux, les centres spécialisés et d’urgence, les parcs zoologiques, les refuges, les écuries de la GRC, les laboratoires Charles River, et autres, son diplôme lui ouvrira bien des portes. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.