Volume 38 Numéro 11 - Le 18 juin 2021

Séjourner à la ferme dans des yourtes


La yourte de la Ferme Springfield Farm à Apple Hill. Photo : Gracieuseté Eleanor McGrath


Par Julyen Renaud

Pour mousser leur visibilité et créer des liens avec les touristes, des agriculteurs d’un peu partout dans le monde accueillent des visiteurs (généralement des campeurs) et leur permettent de passer la nuit sur leurs terres. D’autres, comme Eleanor McGrath et Matthew Larivée, offrent à leurs convives de dormir dans… des yourtes !

La yourte est une tente traditionnelle utilisée par les peuples nomades qui vivent dans les steppes de l’Asie centrale, notamment en Mongolie. Celles-ci sont de plus en plus populaires au Canada. Vous en trouverez dans différents parcs nationaux un peu partout au pays, comme au parc national du Mont-Riding au Manitoba, au parc national de la Péninsule-Bruce en Ontario, au parc national Fundy au Nouveau-Brunswick, au parc national et lieu historique national Kejimkujik en Nouvelle-Écosse ou encore dans certains parcs de la Sépaq au Québec.

Une yourte à Apple Hill

Dans le coin d’Apple Hill, près d’Alexandria, dans l’Est ontarien, vous pouvez faire la rencontre d’Eleanor McGrath et de Finbarr McCarthy, propriétaires de la Springfield Farm. Chez eux, on croit beaucoup aux impacts positifs de l’agrotourisme.

Mme McGrath et sa famille ont eu en quelque sorte un éclair de génie il y a quelques années : « En 2017, ma fille et son copain — qui est maintenant son fiancé — ont voyagé en Hollande et ont dormi sur une ferme dans une tente militaire. Je me souviens m’être dit : “Wow ! Comme c’est cool ! Nous pourrions faire ça !” »

L’idée a fait son chemin et Mme McGrath a amorcé ses recherches. C’est un peu par hasard qu’elle a découvert une compagnie qui lui a permis de développer son projet et sa vision : « Je suis tombée sur une compagnie canadienne qui s’appelle Yurta. […] Notre yourte a été faite sur mesure en fonction de ce que nous voulions. La porte fait sept pieds de hauteur. Il y a un petit puits de lumière […]. La yourte est isolée avec du feutre qui est fait au Canada et qui garde la chaleur. Donc, durant l’hiver, si vous êtes assez brave, il y a un petit poêle à bois et vous pouvez y rester ! »

Une partie de l’intérieur douillet de la yourte d’Eleanor McGrath et Finbarr McCarthy à Apple Hill. Photo : Gracieuseté Springfield Farm.

« La yourte nous a vraiment permis de penser plus gros en ce qui a trait à inviter les gens sur notre ferme et notre propriété. […] Que ce soit pour le tourisme en Ontario, ou au Québec, partout au pays [les gens] doivent commencer à encourager et entretenir ces relations avec les petites fermes qui ne sont pas inquiètes quant à la biosécurité. Si vous voulez promouvoir l’agrotourisme, vous devez faire en sorte que les gens soient capables de vous rendre visite. »

Cette yourte n’est pas qu’une superbe tente. Mme McGrath la décrit comme une véritable « oasis agricole environnementale ». « Qu’est-ce que je vous vends qui est différent d’un autre endroit ? […] Une ferme, ça peut être beaucoup de choses. Nous faisons pousser des légumes, certes, mais aussi — et c’est d’autant plus important — vous pouvez venir et marcher le long de la rivière, vous pouvez voir des oiseaux en migration, écouter leurs chants. » Elle ajoute que « les animaux savent que c’est autant leur sanctuaire que le nôtre ».

La yourte de la Springfield Farm a été faite sur mesure avec l’aide la compagnie Yurta. Elle peut même accueillir des visiteurs l’hiver puisqu’elle est isolée à l’aide d’un feutre et comprend même un petit poêle à bois.

Forest Atkinson est une habituée de la yourte à la Springfield Farm. Chaque année, depuis maintenant trois ans, elle y séjourne quelques jours. Avec le temps, des liens d’amitié se sont tissés entre elle et Mme McGrath. « J’y suis allée une première fois et j’ai découvert à quel point cet endroit est extraordinaire. J’y ai ensuite amené ma mère, puis le troisième été, soit l’été dernier, j’y suis allée avec mon copain. […] C’est un petit endroit très pittoresque aussi ! Dès que vous ouvrez la porte, vous vous dites : “Wow ! C’est ici que je passe la nuit !” Je me souviens, la première fois quand j’y étais seule, m’être dit : “Tout ça est pour moi !” J’ai l’impression qu’Eleanor et son mari ont pensé à tout ! »

Des yourtes à Powassan

Dans le Nord ontarien, à Powassan, Matthew Larivée et sa famille ont construit deux yourtes pour accueillir des visiteurs à la Foxfire Heritage Farm. « J’ai découvert les yourtes il y a environ 15 ans, avant d’avoir une ferme. C’est devenu en quelque sorte une passion pour moi ! »

Matthew Larivée, ses enfants Isis Larivée, Freya Larivée et Danielle Seguin, la conjointe de Matthew devant une des yourtes construites sur la ferme. Photo : Gracieuseté Matthew Larivée, FoxFire Heritage Farm

M. Larivée construit lui-même ses yourtes et donne des ateliers pour enseigner la fabrication aux gens intéressés. « Vous pouvez les construire de toutes les grosseurs. Nous avons une yourte double dont les diamètres sont de 18 pieds et 14 pieds ; ce sont des cercles. J’en ai une de 20 pieds de diamètre que nous sommes sur le point d’installer. » Tous les matériaux qui servent à ériger ces yourtes proviennent de l’Ontario. « Le feutre et la toile qui servent à couvrir la yourte proviennent de deux compagnies qui sont basées dans le sud de l’Ontario. Pour les murs, j’utilise du bois d’œuvre moderne […] et pour les poteaux du toit je récolte du bois ici à la ferme. »

Tous les matériaux qui servent à ériger les yourtes à la Ferme Foxfire Heritage Farm proviennent de l’Ontario. « Le feutre et la toile qui servent à couvrir la yourte proviennent de deux compagnies qui sont basées dans le sud de l’Ontario. Pour les murs, j’utilise du bois d’œuvre moderne […] et pour les poteaux du toit je récolte du bois ici à la ferme. » Photo : Gracieuseté Matthew Larivée, FoxFire Heritage Farm

Récemment, les Larivee ont remporté le prix Northern Spark Tourism Award remis en partenariat par Destination Northern Ontario, Excellence North et Ontario Tourism Innovation Lab.  Ceci leur permettra d’ériger et d’installer leur deuxième campement de yourte. « Nous avons participé au programme Spark Tourism Award. C’était un peu comme à l’émission Dragons’ Den : nous étions six finalistes et chacun de nous a fait son argumentaire de vente devant un groupe de juges. […] Nous allons recevoir une bourse de 3000 $ qui nous aidera à payer pour la deuxième yourte que nous allons ériger, de la signalisation et du matériel éducatif que nous allons installer un peu partout sur la ferme, de sorte que quand des invités viendront, ces derniers pourront en apprendre davantage sur nos opérations, à propos des races traditionnelles que nous élevons, ainsi que sur les différentes choses qui se passent à la ferme. »

« L’expérience est différente pour tout le monde. Ce qui me passionne, c’est d’éduquer les gens à propos des races traditionnelles que nous tentons de préserver sur notre ferme, à propos de l’agriculture de petite échelle, l’agriculture régénératrice, donner une idée aux gens de ce à quoi ça ressemble sur une petite ferme durable dans le nord de l’Ontario. Nous avons 70 acres de boisés, une érablière, nous avons des sentiers qui traversent le tout. Certains visiteurs sont vraiment intéressés par tout ça, ils veulent faire la visite complète et tout apprendre. Certains invités sont bien heureux de simplement rester dans la yourte et peut-être aller prendre une petite marche. »

Le partage

L’expérience de yourtes à la ferme apporte de nombreux avantages autant du côté des visiteurs que des hôtes. C’est une expérience agrotouristique inspirante et hors du commun qui se développe de plus en plus sur le marché. Pour Matthew Larivée, c’est la chance de pouvoir partager sa passion pour l’agriculture avec des gens qui sont moins familiers avec la vie à la ferme. « La meilleure chose de l’agrotourisme, c’est d’exposer des gens qui n’ont pas accès directement au monde agricole, les exposer à ce que ça implique d’amener quelque chose de sa naissance à sa finition, leur montrer à quoi ressemble ce processus. C’est aussi inspirer ceux qui sont eux-mêmes intéressés à se lancer en agriculture », conclut-il.

Pour Matthew Larivée des yourtes à la ferme c’est une bonne façon d’exposer des gens qui n’ont pas accès directement au monde agricole et de leur montrer à quoi cela ressemble. Cela permet aussi d’inspirer ceux et celles qui souhaiteraient se lancer en agriculture. Photo : Gracieuseté Matthew Larivée, FoxFire Heritage Farm

Retournez à la page d’accueil d‘Agricom.

Suivez-nous!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *