le Mardi 25 juin 2024
le Mercredi 7 juin 2023 13:29 Collaborateur

5 mythes au sujet des maladies mentales

Groupe de soutien et d'échange.  — Shutterstock
Groupe de soutien et d'échange.
Shutterstock
Le mois dernier, l’Association canadienne pour la santé mentale Champlain Est a souligné la Semaine de la santé mentale, une campagne nationale de transformation sociale visant à sensibiliser le public, à modifier les croyances et les perceptions au sujet de la santé mentale et à favoriser une culture de compréhension et d’acceptation. Pour réduire la stigmatisation reliée aux maladies mentales, il est important d’être conscient des mythes qui prévalent encore de nos jours. L’article de ce mois vise à présenter ces mythes et à vous équiper pour les réfuter.
5 mythes au sujet des maladies mentales
00:00 00:00

Mythe no 1 : Les maladies mentales ne sont pas de vraies maladies.

Fait : Les maladies mentales ne sont pas juste des hauts et des bas réguliers de la vie. Elles créent de ladétresse, ne disparaissent pas d’elles-mêmes et sont de véritables problèmes de santé qui se traitent avec efficacité. Tout comme on ne blâmerait pas quelqu’un qui souffre de diabète, on ne peut pas blâmer une personne qui a besoin d’aide et de support professionnel lorsqu’elle vit avec une maladie mentale.

Mythe no 2 : Les maladies mentales ne me toucheront jamais.

Fait : Nous serons tous touchés par les maladies mentales. La recherche estime qu’au moins un Canadien ou une Canadienne sur cinq aura une maladie mentale au cours de sa vie. Peut-être ne serez- vous pas une de ces personnes, mais il est très probable qu’un membre de votre famille, une connaissance, un collègue ou une collègue le sera.

Mythe no 3 : Les gens ne se rétablissent pas d’une maladie mentale.

Fait :  Aujourd’hui, il existe de nombreux types différents de traitements, de services et de soutiens qui peuvent aider les personnes à se rétablir d’une maladie mentale. En fait, les personnes vivant avec une maladie mentale peuvent mener et mènent des vies productives et engagées. Si la maladie mentale dure longtemps, il est possible pour elles d’apprendre à gérer leurs symptômes afin d’atteindre leurs objectifs. Si une personne continue d’expérimenter de nombreuses difficultés, cela indique peut-être qu’il lui faut de l’aide ou une approche différente.

Mythe no 4 : Les personnes vivant avec une maladie mentale sont faibles et ne peuvent pas gérer
le stress.

Fait : Le stress a une incidence sur le bien-être, mais cela est vrai pour tout le monde. Les personnes vivant avec une maladie mentale pourraient en fait mieux gérer le stress que les autres. Beaucoup acquièrent des compétences comme la gestion du stress et la résolution de problèmes qui leur permettent de faire face au stress avant qu’il nuise à leur bien-être. Prendre soin de soi-même et
demander de l’aide quand on en a besoin sont des signes de force, et non de faiblesse.

Mythe no 5 : Les personnes vivant avec une maladie mentale ne peuvent pas travailler.

Fait : La maladie mentale ne rend pas les gens incapables de travailler. Bien que certaines personnes
bénéficient de modifications au travail pour réaliser leurs objectifs, plusieurs travaillent en recevant peu
de soutien de leur employeur. En fait, les lieux de travail comprennent de nombreuses personnes qui
vivent avec une maladie mentale.

Enfin, rappelons-nous que ces mythes, et de nombreux autres, excluent les personnes vivant avec unemaladie mentale de notre communauté et créent des obstacles à leur bien-être. Si nous voulons réduire l’incidence des maladies mentales autour de nous, il importe de connaître les faits et de commencer par revoir nos propres croyances et comportements.

Besoin d’aide supplémentaire? 

Pour en savoir plus sur les services d’aide et les ressources disponibles dans votre région, communiquez avec un organisme communautaire comme l’Association canadienne pour la santé mentale (ACSM).

Les informations fournies ne remplacent pas les conseils d’un professionnel. Si vous avez besoin de conseils, veuillez consulter un professionnel de la santé qualifié. Pour de plus amples informations ou si vous souhaitez accéder à nos services à l’ACSM, veuillez appeler le 1-800-493-8271 ou consulter notre site web à l’adresse suivante: www.cmha-east.on.ca.

Si vous pensez au suicide, appelez au numéro sans frais 1 833 456-4566 (pour le Canada) ou
composez le 911.