le Lundi 11 Décembre 2023
le Mercredi 12 juillet 2023 10:47 Fruits et légumes

Manger localement toute l’année des framboises et des bleuets

Bol de framboises et de bleuets
Bol de framboises et de bleuets
Manger des petits fruits produits localement pendant l’hiver, c’est possible, à condition de s’y prendre maintenant. C’est le temps de faire des provisions pour l’hiver de nos petits fruits préférés. En effet, le mois de juillet est celui où on a la chance de retrouver fraises, framboises et bleuets en même temps.
Manger localement toute l’année des framboises et des bleuets
00:00 00:00

« Manger local peut avoir un effet positif sur notre santé de différentes façons, » explique Nadia Carrier, co-propriétaire de Les Serres Quenneville. « Se rendre au marché et entretenir une relation avec le producteur, connaître la provenance du produit et renforcer un lien de confiance sont tous des effets positifs. »

« Cela peut faire apprécier plus de légumes et de fruits, » renchérit Nadia. « Si en plus on les cultive nous-mêmes, on passe du temps dehors, on bouge, on voit le résultat concret et on en est fier. On utilise moins de pesticides si c’est produit à petite échelle et on réduit les kilomètres alimentaires. »

Une des premières étapes est de choisir les bonnes variétés. « Si les gens veulent des framboises pendant toute la saison, ils doivent se procurer des cultivars remontants. Car ils vont refleurir, » explique Dominic Fortin, co-propriétaire de Les Serres Quenneville.

Pour les bleuets, bien que l’on commence à voir sur le marché, des cultivars qui fleurissent une deuxième fois, ceux-ci n’ont pas été testé aux Serres. « Pour les bleuets, il faut avoir deux ou même trois variétés différentes pour assurer une bonne pollinisation, » poursuit Dominic Fortin.

Les conditions de culture sont similaires pour les framboises et les bleuets. Un sol sablonneux, un environnement plus acide, surtout pour les bleuets. Les deux préfèrent une exposition ensoleillée, malgré que les bleuets requièrent moins de soleil que les framboises.  Il est possible de les cultiver en pots pour amener les conditions si on ne les a pas. Pour les framboises, il est recommandé d’ajouter des mycorhizes à la plantation, mais pas les bleuets, car ceux que l’on retrouvent commercialement ne colonisent pas les racines de bleuets.

Au niveau de l’entretien, les deux ne sont pas des cultures exigeantes et si le sol contient suffisamment de matière organique, il s’agit d’ajouter seulement un fertilisant biologique pour petits fruits. 

« Pour les bleuets qui ont un petit système racinaire, on peut les protéger avec du paillis de bran de scie qui est idéale car il amène aussi de l’acidité, » explique Nadia Carrier. « On peut ajouter de la mousse de tourbe qui aura aussi cet effet. Du côté des framboises, on enlève les branches après la fructification. Pour les bleuets,  on taille les branches cassées ou celles qui encombrent vraiment le milieu du plant. »

La récolte des bleuets se fait quelques jours après la coloration finale afin d’avoir le maximum de grosseur et de sucre. Les framboises se cueillent quand elles se détachent facilement. 

Les bleuets et les framboises contiennent du glucose, du fructose et des fibres. C’est de cela que proviennent les 44 calories pour 100g (34 pour la framboises), mais il ne faut pas oublier les micronutriments comme les vitamines C, les minéraux comme le fer. 

«C’est rempli d’antioxydants qui peuvent avoir des effets bénéfiques sur notre santé, notre pression artérielle, mais aussi améliorer des fonctions ou prévenir leur détérioration, » explique Nadia Carrier. « C’est certain que la variété est importante aussi. Pour manger frais localement toute l’année, vous pouvez les congeler sur une plaque. Vous pouvez les consommer en smoothies, en desserts ou pourquoi pas, pour les bleuets, en sauce demi-glace avec une viande de gibier locale! »

C’est le temps de planter des framboises et des bleuets, d’aller en cueillir ou de s’en procurer au marché et surtout… d’en manger. 

IJL – Réseau.Presse – Agricom