le Vendredi 21 juin 2024
le Mercredi 1 mai 2024 13:46 Fruits et légumes

Le bleuet sauvage à la conquête des marchés

Le bleuet sauvage se récolte à la main la plupart du temps.
Le bleuet sauvage se récolte à la main la plupart du temps.
Moins de 10% des bleuets vendus en commerce sont sauvages. Cette situation pourrait bientôt changer, s’il n’en tient qu’au nouveau directeur général de l’Association des producteurs de bleuets sauvages de l’Amérique du Nord (WBANA), Patrick O’Neil.
Le bleuet sauvage à la conquête des marchés
00:00 00:00

Les bleuets sauvages sont riches en anthocyanines, un type d’antioxydants responsables de nombreux bienfaits notamment pour la santé cardiaque.

Reconnu pour son goût prononcé, ses couleurs bleu-mauve et sa couronne, le bleuet sauvage fait partie des petits plaisirs de l’été pour les amateurs de camping et de plein-air. Sa petite taille et la nature difficile du terrain où il pousse en rendent la culture onéreuse, ce qui se répercute sur le prix de vente souvent plus élevé que le bleuet de culture. 

Populaire… et méconnu

Le bleuet sauvage est un étrange paradoxe, étant à la fois prisé par les consommateurs, mais encore relativement inconnu quant à ses nombreuses qualités.   « Avant de me joindre à l’Association, je ne savais même pas la différence entre un bleuet sauvage et le bleuet cultivé », avoue M. O’Neil. 

« Il contient beaucoup plus d’antioxydants que le cultivar, il est une bonne source de vitamine C, de fibres et de minéraux, mais peu de consommateurs le savent. C’est d’ailleurs le plus grand défi auquel je dois m’attaquer: investir dans la recherche et faire connaître davantage les vertus du bleuet sauvage auprès de l’industrie alimentaire et des consommateurs. »

Patrick O’Neil veut faire davantage connaître les bleuets sauvage et leurs vertues aux consommateurs.

Frais ou congelé?

Selon les données du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation du Québec, le marché américain est la principale destination des bleuets sauvages frais et surgelés provenant du Canada, premier producteur au monde de bleuets sauvages, suivi des États-Unis. En fait, aussi peu que 20% des bleuets récoltés sont consommés au Canada!

Jusqu’à 90% des bleuets exportés sont congelés. « On parle de 150 millions de livres  d’une valeur de 245 millions de dollars seulement l’an dernier. Après la cueillette, ils sont surgelés pour l’exportation, tandis que les plus petites fermes vont souvent plutôt vendre le produit frais dans les marchés publics ou dans un kiosque au bord du chemin », explique le résident de Guelph.

M. O’Neil se réjouit par ailleurs du fait que l’Association regroupe à la fois les cultivateurs et les transformateurs: « Les deux travaillent en collégialité, contrairement à d’autres secteurs de l’alimentation où les deux camps ne s’entendent pas toujours. » 

La WBANA se targue de représenter l’industrie du bleuet sauvage en Amérique du Nord, mais dans les faits, le Maine est le seul état américain à faire partie de l’Association.  Au Canada, les priorités en recherche et en innovation sont orientées vers l’optimisation de la productivité à l’hectare, les conséquences des changements climatiques et l’amélioration des techniques en production biologique.

IJL – Réseau.Presse – Agricom