Volume 38 Numéro 6 - Le 22 janvier 2021

2021 : l’Année des fruits et légumes !



Vous aimez vos fruits et légumes  : un peu, beaucoup, à la folie ?

Par Renée-Claude Goulet EAO, conseillère scientifique Musée de l’agriculture et de l’alimentation du Canada

Bienvenue à l’Année internationale des fruits et légumes ! Cette déclaration de l’Organisation des Nations Unies sert à nous sensibiliser à l’importance des fruits et légumes pour la sécurité alimentaire, pour notre santé et celle de notre planète.

Le guide alimentaire canadien nous suggère de manger des légumes et des fruits « en abondance » afin de maintenir un corps en bonne santé. Malgré les recommandations, toujours trop de gens n’ont pas accès aux fruits et légumes frais.

C’est un problème plus rependu qu’on ne le croit et qui nous affecte même chez nous. Pensons aux communautés nordiques, où un petit contenant de fraises peut facilement couter quinze dollars, ou bien aux « déserts alimentaires » urbains et ruraux, où on doit aller très loin pour faire les épiceries.

Un autre problème dans le portrait est là aussi : les fruits et légumes se gâchent vite. Selon l’ONU, plus de 20 % des fruits et légumes produits mondialement ne rejoignent jamais le consommateur. Les coupables ? Les erreurs de logistique, les mauvais moyens de conservation, les pertes en raison de qualité ou d’esthétique, le transport, et bien d’autres. Les pertes à tous les niveaux se traduisent en gaspillage de ressources naturelles comme l’eau et le sol, qui sont, n’oublions pas, les deux en déclin.

Que peut-on faire ? L’ONU souhaite mobiliser la population mondiale à combattre ces problèmes planétaires en mettant en pratique des solutions technologiques et scientifiques. Ceci afin de produire nos fruits et légumes de façon plus efficace, de solidifier et raccourcir nos chaînes alimentaires, et de réduire le gaspillage. Il faut aussi travailler ensemble pour favoriser des politiques qui bâtiront un futur où l’on mangera tous, toute la nourriture que l’on produit.

Qu’est-il recommandé pour les agriculteurs et pour les coops ? D’après L’ONU, les fermiers devraient s’engager à participer à des marchés de courts circuits afin d’augmenter la profitabilité de leur entreprise, implanter des stratégies pour réduire les coûts de production, diversifier et pivoter vers des systèmes de production plus durables. Les coopératives peuvent appuyer les transitions des fermiers en leur fournissant de la formation et des liens aux marchés.

Quant au gaspillage, on peut être optimiste ! De plus en plus, les avancées scientifiques nous permettent de mieux préserver la fraîcheur de nos aliments, et les technologies numériques améliorent le traçage et les réseaux de distribution. Enfin, pour les producteurs, les technologies qui font maintenant partie de notre quotidien donnent accès direct aux clients et aux marchés locaux.

Alors, peu importe comment vous souhaitez souligner ça, je vous souhaite une bonne Année des fruits et des légumes, et bonne santé en 2021 !

Retournez à la page d’accueil du journal Agricom.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *