le Dimanche 14 juillet 2024
le Mercredi 24 avril 2024 13:25 Agriculture

C’est parti pour les semis! Oui? Non? Euh… Peut-être pas

Le blé de printemps est semé ces jours-ci.
Le blé de printemps est semé ces jours-ci.
Les sols sont bien drainés, la récente pluie chaude a dégelé le sol en profondeur. Tout est en place pour lancer les semis! Pourtant, un spécialiste invite les agriculteurs à plutôt faire preuve de patience.
C’est parti pour les semis! Oui? Non? Euh… Peut-être pas
00:00 00:00

Michel Dignard et Jeannette Mongeon ont déjà débuté l’ensemencement de leur terre, malgré une météo capricieuse.

« Nous sommes dans le deuxième printemps, mais les températures restent froides et les prévisions météo laissent entrevoir de la pluie », indique Pierre Guyennon, conseiller agronomique certifié chez SynAgri. « Le blé de printemps qui a été semé avant la neige de mars semble bien aller, le blé d’hiver est bon à 80% sauf dans les sols argileux où il faudra sans doute semer à nouveau. »

Cas par cas

Pour le foin, l’expert n’ose pas trop se prononcer. « C’est vraiment au cas par cas. Les conditions dans l’est ontarien sont probablement complètement différentes de celles dans le sud de la province présentement. J’ai plusieurs cas où le fermier devra procéder au revasage avec du trèfle avant de revenir à d’autres cultures. »

Habituellement, les semis de céréales débutent en mai. « Encore là, s’il pleut toute la semaine, le cultivateur devra retarder son entrée au champ », estime M. Guyennon. « Ensuite, on suggère un rattrapage de 7 à 10% par semaine de retard parce qu’un grain qui donne cinq tiges n’en produira plus que trois. Et puis, comme conseiller, on va habituellement suggérer de changer le degré thermique du grain pour obtenir une production mieux adaptée à la météo. »

Synagri est l’une des rares entreprises à offrir l’analyse du sol par GPS, afin de bien cibler la performance pour chaque acre cultivée. 

Sur le terrain

Sur sa ferme à Embrun, Michel Dignard n’a pas attendu: il était déjà aux champs quand nous lui avons parlé. « J’ai commencé aujourd’hui (mardi), la surface est sèche, on lève un peu de poussière, mais en dessous, le sol est humide. Ce sont des conditions parfaites », dit-il.

Son voisin faisait de même, comme en témoignait le nuage de poussière qu’a fait lever sa machinerie agricole. « Il sème du blé de printemps. Même s’il tombait 2 pouces de neige, ça ne serait pas grave. Du gel, oui. J’ai parlé à un agriculteur que je connais dans le sud de la province, ils ont déjà semé le blé. Il va falloir une saison productive pour compenser la baisse du prix du grain », déplore-t-il.

IJL – Réseau.Presse – Agricom