Volume 25 Numéro 19 Le 4 juin 2008

26e Remise des diplômes au Campus d’Alfred: Passion, bons amis et francité

Par Pierre-Alain Blais, rédacteur en chef


La directrice du Campus d’Alfred, Renée Bergeron, Ph.D., aux finissants: « Foncez, foncez, et n’hésitez pas à prendre des risques! »

En ce 14 mai 2008, ils étaient plus d’une cinquantaine de finissants, diplômés et récipiendaires de certificats professionnels, à attendre patiemment leur tour de monter sur l’estrade pour recevoir les documents qui allaient certifier leurs efforts et investissements des dernières années.

Et la grande salle au sous-sol du Campus d’Alfred était presque comble de parents et amis très heureux. Heureux de les voir réussir, et soulagés que la confiance témoignée envers la petite institution d’enseignement post-secondaire francophone de l’Ontario eut donné ses fruits.

Car faire le choix d’entreprendre des études post-secondaires ? que ce soit en agroalimentaire ou dans tout autre domaine ? comporte ses risques, ses incertitudes et ses défis, comme l’ont rappelé les conférenciers et la haute direction, lors des nombreuses allocutions qui marquent une telle cérémonie.

En outre, la directrice du Campus d’Alfred, Renée Bergeron, Ph.D., a profité de l’occasion pour offrir un « seul conseil » aux finissants : « Foncez, foncez, et n’hésitez pas à prendre des risques : Au pire, vous aurez appris quelque chose, au mieux vous aurez réussi ! »

Elle a fait le souhait que leur intérêt envers l’agroalimentaire se soit transformé en passion. « C’est la passion qui fait la différence sur le marché du travail ! », leur a-t-elle lancé.

« Vous avez choisi une formation dans un domaine choyé: là où les travailleurs sont en demande, dans un domaine qui oeuvre aux besoins de base de la société? ce qui sera particulièrement important vu la crise alimentaire planétaire que nous vivons ».

La directrice, pour qui c’était la première cérémonie de remise des diplômes, a également adressé des « remerciements spéciaux » à l’Université de Guelph pour son soutien indéfectible à l’enseignement en français en Ontario. D’ailleurs, Mary Buhr, Ph.D., la doyenne par intérim du Collège agricole de l’Ontario à qui se rapporte le Campus, a livré son message entier dans un français impeccable.

Mme Bergeron a aussi exprimé son appréciation envers son personnel pour leur engagement à offrir un service personnalisé aux étudiants, une des marques distinctives du Campus d’Alfred.

Grand succès du programme de soins vétérinaires

Le programme de Techniques de soins vétérinaires (TSV) connaît un bon succès auprès de sa clientèle collégiale. Donné en partenariat avec le Collège Boréal de Sudbury, c’est le programme qui fonctionne le plus fort présentement au Campus d’Alfred, comme en fait foi les 22 finissants de cette année en TSV.

Denis Hubert, président Collège Boréal, est venu attester de ce succès : on atteindra bientôt le chiffre de 200 diplômés dans ce programme, après une association de près de 8 ans avec l’Université de Guelph. Aux parents, il les remercie de leur appui : « Soyez assurez qu’ils trouveront du travail ! »

Le Collège Boréal est aussi un fier propagandiste de la fierté d’être (et de s’afficher) franco-ontarien et M. Hubert a voulu joindre l’action aux mots : « On veut que vous célébriez votre francité, votre culture ». C’est ainsi que le Collège a offert une oeuvre littéraire franco-ontarienne à chacun des finissants, histoire de faire la promotion de la littérature d’ici et de la fierté de s’afficher en français.

« Minorité ne veut pas dire « petit »; s’affirmer ne veut pas dire « confronter », c’est faire l’effort de parler et de s’exprimer en français, montrer qu’on est à l’aise avec le français », précise le président de Boréal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *