Volume 29 Numéro 11 Le 3 février 2012

Agri-Tour : 1995-2011


Le Réseau agroalimentaire de l'Est ontarien cessera d'organiser Agri-Tour. Photo archives

Par Isabelle Lessard, journaliste
redaction@journalagricom.ca


L’Est ontarien vient de perdre une de ses traditionnelles activités familiales agricoles automnales. Agricom a appris que le Réseau agroalimentaire de l’Est ontarien ne tiendrait pas une 17e édition d’Agri-Tour en 2012. La charge financière que représentait l’événement de deux fins de semaine et le nombre décroissant de producteurs participant ont poussé les organisateurs à laisser tomber le projet.

 

Agri-Tour était le seul circuit de fermes à visiter dans l’Est de la province. À cette occasion, les fermes de la région ouvraient grandes leurs portes et invitaient les gens à se familiariser avec les différents types d’élevages et de cultures, à venir découvrir les dessous de l’agriculture et à goûter leurs produits.

 

Selon la coordonnatrice du Réseau agroalimentaire, Louyse Côté, l’organisme a dû assumer une perte financière de 14 000 $ l’an dernier.

 

La diminution du taux de participation chez les producteurs de l’Est ontarien a porté un coup dur aux organisateurs de l’événement. Chacun d’entre eux devait verser une contribution de 350 $ pour participer à Agri-Tour. Or, seulement 16 producteurs ont participé en 2011, ce qui a généré un mince revenu de 5600 $.

 

Ce montant était loin d’être suffisant puisque les dépenses totales se sont élevées à plus de 20 000 $. À eux seuls, les frais publicitaires se chiffraient à près de 13 000 $.

 

« Le Réseau a dû assumer la différence […] en puisant dans les ressources destinées à d’autres projets. [Il] ne peut pas s’engager à de tels frais en 2012 », explique Madame Côté dans un courriel envoyé à quelques organismes de la région pour les informer de la situation.

Le Réseau agroalimentaire de l’Est ontarien avait repris le flambeau de l’Union des cultivateurs franco-ontariens (UCFO) depuis 2 ans seulement. L’UCFO avait transmis le projet au Réseau lors de sa création puisque les Comtés unis de Prescott et Russell avaient cessé de subventionner le projet et avait décidé d’en prendre entièrement la charge organisationnelle.

 

Selon le directeur général de l’UCFO, Simon Durand, la lourdeur de la recherche de commandites et de subventions auprès des organismes et entreprises de la région a toujours été un défi pour les organisateurs d’Agri-Tour.

 

Des producteurs mi-figue mi-raisin
Reconnaissant fort bien tout le travail qu’a exigé l’organisation de l’événement en 2011, le producteur caprin Alain Bouvrette s’est dit fort déçu de la dernière édition. En quatre jours, il soutient n’avoir reçu qu’une vingtaine de visiteurs, tout au plus.

 

« Je dirais même qu’il y a des gens qui sont venus visiter la ferme, mais qui seraient arrêtés de toute façon. Mon kiosque est ouvert toutes les fins de semaine », soutient-il.

 

Monsieur Bouvrette, à qui Agricom a appris la nouvelle, ne semblait pas déçu puisque depuis deux ans, le nombre de visites qu’il recevait à sa ferme de l’Orignal ne valait pas tout le travail préparatoire que cela nécessitait, ni la contribution financière.

 

Il faut spécifier que le Réseau agroalimentaire n’avait produit aucun dépliant en 2011, ce qui pourrait avoir nui au nombre de visiteurs.

 

Simon Durand ajoute que si davantage de producteurs avaient été prêts à y participer, le projet aurait été plus viable et davantage de visiteurs se seraient déplacés. Alain Bouvrette abonde dans le même sens en expliquant que les gens se limitent à visiter des fermes qui sont à proximité les unes des autres.

 

Espoir de relève

Louise Côté espère qu’un ou plusieurs autres organismes soient intéressés à reprendre en main le projet. Elle se dit prête à fournir son support si quelqu’un se montre prêt à prendre la relève.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *