Volume 32 Numéro 12 Le 20 février 2015

Alfred : La municipalité ne compte pas investir dans son collège


Photo ILessard

Isabelle Lessard

Par Isabelle Lessard
Rédactrice en chef
redaction@journalagricom.ca


La municipalité d’Alfred et les Comtés unis de Prescott-Russell (CUPR) sont catégoriques. Il n’est pas question d’investir quelconque somme d’argent pour aider financièrement le Campus d’Alfred. Le maire d’Alfred, Fernand Dicaire relance la balle au gouvernement provincial à qui revient la responsabilité de l’éducation.

« Ce n’est pas notre juridiction, l’éducation », affirme d’entrée de jeu M. Dicaire.

Ce dernier s’est dit surpris de voir que le gouvernement de Kathleen Wynne semble vouloir balayer le problème dans sa cour, ce qu’a nié la ministre déléguée aux Affaires francophones, Madeleine Meilleur, en affirmant que les ministères comptaient jouer pleinement le rôle qui leur revient.

Dans un communiqué du 30 janvier, le gouvernement confirme la poursuite des activités scolaires pour les deux prochaines années, mais invite du même coup la communauté à s’engager dans cette cause. Un propos qu’a également réaffirmé la ministre Meilleur dans une lettre à l’éditeur publiée dans un quotidien.

« Si je lis entre les lignes, c’est l’administration et la maintenance des bâtiments, des terrains et des avoirs [dont on veut nous confier la charge] et ça je ne veux pas m’embarquer là-dedans à moins qu’il y ait quelque chose qui nous soit offert. Et je ne parle pas d’un band-aid », soutient le maire d’Alfred.

Selon ses estimations, il en coûterait au-delà de 300 000 $ par année pour gérer ces bâtiments, une somme considérable pour une municipalité de 9 000 habitants qui possède un budget de moins de 10 millions $.

« Qu’on dise qu’il faut une gestion locale et que la communauté doit s’impliquer, je n’en suis pas convaincu. Je n’en ai pas les ressources », admet-il.

« On peut aider et faire des choses sans être obligé d’hypothéquer mes résidents », ajoute M. Dicaire.

Madeleine Meilleur invite les municipalités à « demeurer ouvertes et à discuter avec nous des possibilités de partenariats variés ».

« Pour ce qui est des partenariats éventuels, et la nature de ces partenariats, ils seront le résultat de discussions avec les intervenants intéressés à appuyer la création d’un plan à long terme pour le campus d’Alfred », précise Madeleine Meilleure, en réaction aux propos des maires des Comtés unis.

Une rencontre entre les CUPR et le ministre de l’Agriculture de l’Ontario, Jeff Leal, est prévue le 23 février.

Le maire d’Alfred se dit malgré tout confiant face à l’avenir de l’établissement d’enseignement postsecondaire francophone.

« Il y a une volonté de continuer l’éducation agricole en français et je suis optimiste. Il s’agit de trouver des solutions qui ne viennent pas à sens unique. Il faut des discussions et des consultations pour trouver la bonne formule plutôt que de nous en imposer une », conclut-il.

Une annonce du gouvernement est attendue d’ici la fin du mois de février.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *