Volume 29 Numéro 22 Le 3 août 2012

Du blé bleu et violet, vraiment ?

Par Agricom


Jusqu’ici, les chercheurs ont accordé beaucoup d’attention au potentiel des fruits et légumes comme colorants alimentaires. Or, peu se sont intéressés au potentiel du blé bleu et du blé violet comme aliment fonctionnel (un aliment modifié qui est censé améliorer la santé ou le mieux-être en procurant des bienfaits au-delà de ses fonctions nutritionnelles de base).

Vous vous dites, que pourrait-on faire avec du blé bleu ? Des gâteaux bleus ? Des biscuits bleus ? Du pain bleu ?

Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC), en partenariat avec l’Université de la Saskatchewan, mène actuellement une étude fort intéressante ayant pour but de découvrir le potentiel véritable du blé bleu comme source de colorants alimentaires naturels et d’antioxydants. Ce projet pourrait aboutir à l’élargissement de l’éventail de choix des consommateurs et à la création de nouveaux débouchés commerciaux pour les agriculteurs et les fabricants de produits alimentaires du Canada.

Le blé violet ou bleu (495 mg/kg) est plus riche en anthocyanines que, par exemple, le chou rouge (250 mg/kg) ou les prunes (20 à 250 mg/kg). Les anthocyanines, composés phytochimiques à l’origine des pigments bleus, violets ou rouges des céréales, ainsi que des fruits et des légumes à forte coloration, ont un effet antioxydant très puissant. Les antioxydants, notamment la vitamine E et la vitamine C, sont des substances qui sont réputées protéger les cellules du corps contre les dommages causés par l’oxydation et réduire le risque de maladies chroniques comme le cancer, la cardiopathie et le diabète.

Elsayed Abdelaal (Ph.D.), chercheur au Centre de recherches sur les aliments de Guelph, a joué un rôle important dans la mise au point d’un procédé de séparation chimico-mécanique pour isoler les anthocyanes du blé. Une fois séparés, les pigments peuvent servir à protéger et à colorer des aliments et des cosmétiques, ou encore être utilisés comme source naturelle de colorants et d’antioxydants dans des produits alimentaires.

« Les aliments riches en anthocyanines, comme le blé violet ou bleu, sont de plus en plus en demande en raison de leur rôle dans les domaines de la santé humaine et de la coloration des aliments, explique M. Abdelaal. Et bien que les variétés de blé de printemps du Canada aient habituellement une coloration rouge ou blanche, il est possible d’en faire la sélection génétique pour obtenir des pigments bleus à forte concentration en anthocyanines. »

Un des objectifs clés des activités de recherche d’AAC est de promouvoir la santé humaine et le mieux‑être par l’innovation scientifique dans le domaine des produits et des procédés alimentaires. Cette orientation aide à offrir des choix avantageux aux consommateurs et à créer de nouveaux débouchés commerciaux pour les agriculteurs et les fabricants de produits alimentaires du Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *