Volume 25 Numéro 09 Le 19 décembre 2007

Earlton: Un village agricole qui brille dans le nord de l’Ontario

Par Marc Dumont, collaborateur régional pour le Nord-Est de l'Ontario, Journal Agricom


Se lancer dans l’organisation du Concours de labour qui accueillera 80 000 personnes est le défi que s’est donné la communauté agricole de Earlton. Elle a une longue expérience en mobilisation et se promet bien de faire de l’événement une réussite. Photo

Tant et tant de villages sont disparus de la carte du Nord de l’Ontario; pas Earlton! La région d’Earlton est bénie des dieux et certains vous diront qu’elle est peuplée d’irréductibles.

Située dans la petite enclave argileuse à 20 minutes au nord du lac Témiskaming, cette région a un sol riche qui, quatre années sur cinq, donne un meilleur rendement en orge, en avoine et en blé que dans le Sud ou dans l’Est de la province.

Que dire de son mil: sa qualité est bien connue. Et depuis que les champs ont été drainés, la luzerne remplit les granges, années après années.

En plus d’un sol très fertile, l’eau y est en abondance. Le terrain est légèrement « côtoyeux » et il est favorable à l’installation du drainage sous terrain. Pour ce qui est du temps, il y a des années de sécheresse mais pas avec les conséquences désastreuses comme il y en a eu ailleurs en province cette année.

Les hivers peuvent y être froids, mais certains agriculteurs vous diront que c’est bon parce que «ça tue les maladies et les insectes !»
Il faut quand même préciser que ces hivers ont été moins rigoureux ces dernières années. Enfin, la région d’Earlton a été épargnée par les tornades et généralement connaît peu d’écarts violents de température.

Mais le plus avantageux est le prix des terres, qui est très bas si l’on compare avec le reste de la province. À cause des pressions sur les terres du sud, l’écart dans les prix se réduit peu à peu, mais ils demeurent encore très intéressants.

Une agriculture bien en vie

Pour toutes ces raisons, les terres sont généralement plus grandes et les producteurs laitiers n’ont que peu de produits à acheter pour obtenir la production de lait voulue.

Ces producteurs sont présentement un peu moins de 60. Plusieurs d’entre eux traient plus de 100 vaches tous les jours.

Pour ce qui est de l’industrie du boeuf, c’est moins important mais non négligeable.

Depuis quelques années, trois fermes commerciales produisent des quantités énormes de céréales. Certains vous diront que ces entreprises qui achètent beaucoup d’acres dépeuplent la région tandis que certains agriculteurs s’en réjouissent parce que ça leur offre la possibilité de faire faire des travaux à forfait sans la nécessité d’acheter de la machinerie chère. En plus d’offrir des services, ces entreprises ont une grande possibilité d’entreposage.

Un atout très important pour la région d’Earlton, c’est que toute l’infrastructure nécessaire aux agriculteurs est facilement accessible. Toutes les grandes marques de machinerie agricole ont leur concessionnaire.

Les aliments pour le bétail peuvent provenir de plusieurs sources.

Il y a suffisamment de vétérinaires et les agronomes se rendent encore sur les fermes. La liste des entreprises qui soutiennent l’agriculture est trop longue et celles-ci sont tous facilement accessibles.

Bref, tout y est. Il ne faut pas oublier de mentionner que l’usine de fabrication de tuyaux de drainage a joué un rôle important dans le développement du secteur agricole.

À la suite d’études du Groupement de gestion agricole de l’Ontario, il y a quelques années, il a été établi que ce qui reste aux agriculteurs d’ici en fin d’année est plus élevé que dans le Moyen-Nord ou dans l’Est de la province.

Une communauté dynamique

L’aspect le plus avantageux de l’agriculture dans la région d’Earlton, c’est qu’il existe une communauté agricole dynamique. Celle-ci voit à ses intérêts, sait se mobiliser et a un poids politique important.

Nous l’avons vu dernièrement avec la crise entourant la possible fermeture de la fromagerie de Thornloe. Encore, aux dernières élections provinciales, John Vanthof, un agriculteur très actif a perdu avec un écart de seulement 650 voix sur le député gagnant. Personne n’avait prévu cela!

La solidarité est importante mais il y a aussi que les agriculteurs de la région sont habitués à investir leur argent et ont un esprit innovateur dans la transformation des productions.

Est-ce que quelqu’un se demande encore pourquoi les agriculteurs de la région d’Earlton ont réussi à convaincre l’Association des laboureurs de l’Ontario de tenir le Concours international de labour à Earlton en 2009?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *