Volume 33 Numéro 22 Le 12 août 2016

Hausse de la demande pour le quinoa cultivé en Ontario


Il y a six ans, Jamie Draves, président-directeur général de Katan Kitchens a commencé à chercher des façons de rendre possible la culture du quinoa en Ontario. Crédit Photo: AgInnovation Ontario

Par Kelly Daynard pour AgInnovation Ontario


Les dernières années ont été fort mouvementées pour Jamie Draves. Il y a six ans, le président-directeur général de Katan Kitchens a commencé à chercher des façons de rendre possible la culture du quinoa (prononcé ki-no-a) en Ontario.

Depuis, M. Draves ne cesse d’augmenter sa production sans parvenir à répondre à la demande. Par ailleurs, ses efforts lui ont permis de connaître une certaine célébrité à la suite d’une apparition remarquée à l’émission The Dragons’ Den, à la CBC, une émission de télé-réalité qui donne aux entrepreneurs canadiens la chance de présenter leurs projets à un groupe d’investisseurs en capital de risque.

M. Draves commence son aventure avec le quinoa il y a dix ans, lorsque de graves problèmes de santé l’obligent à revoir ses habitudes alimentaires. Après avoir consulté une équipe de professionnels de la santé offrant des soins personnalisés, M. Draves décide d’adopter un régime alimentaire à base de mets riches en quinoa.

Le quinoa est traditionnellement cultivé en Amérique du Sud et importé au Canada. Toutefois, la qualité et la constance de l’offre posant problème, M. Draves essaie de voir s’il est possible de produire du quinoa en Ontario de façon efficace. Et il constate que cela est possible.

En 2016, Katan Kitchens regroupera 36 agriculteurs de la Saskatchewan, du Manitoba, de l’Ontario et du Québec (la majorité d’entre eux proviennent de l’Ontario), qui cultiveront 500 acres de quinoa. C’est plus du double du nombre d’agriculteurs et cinq fois la superficie d’il y a deux ans.

D’ici l’année prochaine, l’entrepreneur prévoit que la superficie sera encore multipliée de trois à cinq fois. Le quinoa est actuellement transformé dans une installation louée. Un établissement permanent devrait voir le jour au cours des deux prochaines années.

La participation de M. Draves à l’émission The Dragons’ Den en 2015 a failli ne pas se concrétiser.

L’un des producteurs de l’émission a vu l’entreprise à une foire commerciale et a communiqué avec M. Draves pour lui demander de participer à un enregistrement. M. Draves a d’abord répondu fermement par la négative, car il estimait que son entreprise n’était pas prête pour une telle participation.

Toutefois, les producteurs ont insisté pour inclure le projet de M. Draves à leur émission, malgré ses réticences. M. Draves a réuni son personnel et quelques conseillers de confiance, qui lui ont présenté une liste de conditions liées aux cibles que l’entreprise devait avoir atteintes avant que le projet puisse être présenté à l’émission.

La dernière cible a été atteinte dans les derniers jours précédant l’émission, alors qu’un courriel de refus était déjà prêt à être transmis en réponse à l’invitation. M. Draves a donc pris la route des studios de la CBC à Toronto pour conclure un accord fructueux avec le dragon Vikram Vij.

Cette association avec le chef, auteur de livres de recettes et animateur de télévision a été un grand succès.

« Vikram est un ardent défenseur et partisan de notre entreprise », affirme avec enthousiasme M. Draves.

  1. Draves s’est donné comme objectif, depuis le premier jour, de « cultiver le quinoa de la plus haute qualité, qui présente la meilleure valeur nutritionnelle au monde ».

Six ans plus tard, il a déjà atteint cet ambitieux objectif. La variété actuellement cultivée s’appelle Quinta Quinoa. Riche en protéines, en fibres et en zinc, ce super-aliment est également une excellente source de fer et de magnésium.

Qui plus est, les analyses menées sur la variété ont démontré que ses valeurs nutritionnelles sont toutes plus élevées que celles des variétés concurrentes importées, qu’elle est idéale pour les régimes sans gluten et qu’elle pousse bien dans les climats canadiens.

Cette année, M. Draves et son équipe mettent à l’essai 60 nouvelles variétés issues de croisements classiques et s’attendent à lancer la production des meilleures d’entre elles au cours de la saison de croissance de 2018. Il aimerait aussi discuter avec les agriculteurs qui désireraient cultiver du quinoa pour son entreprise.

Pour conclure, M. Draves souligne que « la plupart des agriculteurs reviennent année après année et veulent accroître leurs superficies consacrées à la culture du quinoa ».

  1. Draves a bénéficié du soutien de Cultivons l’avenir 2, une initiative fédérale, provinciale et territoriale, et du Programme de nouvelles orientations de recherche du ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales de l’Ontario.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *