Le 6 novembre 2002

Hay West: Toute bonne chose a une fin!

Par Étienne Alary


Pierre Brodeur, directeur de Hay West: «En bout de ligne, nous pouvons dire que oui, nous avons eu un impact pour aider les agriculteurs frappés par la sécheresse».

C’est lors d’une conférence de presse, tenue le 31 octobre dernier, que la campagne Hay West a officiellement pris fin. Ce point de presse s’est déroulé là où le projet a pris son envol, à la ferme Navandale de Wyatt McWilliams à Navan.
«Les dernières balles de foin ont été fumigées la semaine dernière car la température automnale ne permet plus à la fumigation de faire effet en dessous de 5 degrés Celsius», de déclarer le directeur du mouvement Hay West, Pierre Brodeur.

Les instigateurs du projet, Wyatt et Willard McWilliams ont profité de cette cérémonie de clôture de Hay West pour dresser leur propre bilan. «Lorsque nous regardons Hay West dans son ensemble, nous remarquons que nous avons accompli bien plus que simplement envoyer du foin dans l’Ouest canadien. Nous avons conscientisé le public en général à l’agriculture», affirme Wyatt McWilliams. «Ce geste a permis de rappeler aux gens que sans agriculture, il n’y aurait pas de nourriture et que sans nourriture, il n’y a pas d’avenir», ajoute-t-il.

Grâce à ce geste, plus que jamais, les McWilliams se disent fiers d’être Canadiens. «Hay West, ce fut des agriculteurs qui ont aidé des agriculteurs dans le besoin. Hay West, ce fut des Canadiens qui ont aidé d’autres Canadiens», déclare Wyatt McWilliams.
Pour le président du comité organisateur de Hay West, Phil McNeely, Hay West en dit long sur la volonté des gens. «Les derniers trois mois et demi ont été sensationnels. Il faut féliciter les gens vivant en milieu rural pour tout le travail qui a été accompli. À titre de président du comité, ma tâche en a été grandement facilitée», mentionne le conseiller municipal du secteur Cumberland à la Ville d’Ottawa. «Ce qui est encore plus remarquable, c’est que pendant tous les travaux de transport et de chargement de foin, aucun accident n’a été rapporté», précise Phil McNeely.

Le député fédéral Don Boudria devait assister à la conférence de presse mais une réunion d’urgence appelée à la dernière minute l’a retenu à Ottawa. M. Boudria a tout de même livré un message, par l’entremise de son responsable des communications, Marc Roy. «Ce geste de solidarité nous rappelle la tempête du verglas de 1998 qui a frappé le Québec et l’Est ontarien. À cette époque, les gens de l’Ouest sont venus en aide à leur confrère en difficulté. Hay West a simplement permis aux gens de la région de contribuer à leur tour», indique M. Roy.

Marc Roy, toujours au nom de Don Boudria, confirme que les organisateurs du mouvement Hay West peuvent être fiers de dire mission accomplie!», s’exclame-t-il.

Hay West en chiffres

Le directeur de Hay West, Pierre Brodeur, s’est fait un plaisir de livrer les dernières statistiques concernant le projet. «À ce jour, quelque 660 wagons remplis de foin ont déjà atteint l’ouest du pays. Si on ajoute les 41 autres wagons qui seront chargés prochainement et envoyés d’ici le 8 novembre, cela représente au-delà de 700 wagons de foin. Ajoutons à ce nombre les 160 camions remplis de foin et nous arrivons à au-delà de 60 000 grosses balles de foin qui auront été acheminées dans l’Ouest canadien, ce qui représente près de 30 000 tonnes de foin», présente Pierre Brodeur.

Ces données ne représentent qu’une portion de ce qui a été offert en dons. «Pas moins de 1800 agriculteurs de l’est du pays (Ontario, Québec, Nouveau-Brunswick et Nouvelle-Écosse) ont offert plus de 110 000 grosses balles de foin (55 000 tonnes)», affirme Pierre Brodeur.

L’agriculteur à la retraite originaire de Saint-Hyacinthe ne pensait jamais que Hay West prendrait autant d’ampleur. «Puisque je suis à la retraite, je me suis proposé pour donner quelques heures aux McWilliams mais je ne pensais jamais que cela s’échelonnerait sur 3 mois et demi», avance Pierre Brodeur. «À titre d’exemple, à un certain moment donné, même si nous avions cinq personnes pour répondre au téléphone pour accepter les dons (foin et argent), nous ne fournissions pas car il y avait toujours entre 60 et 70 messages sur la boîte vocale», poursuit-il.
M. Brodeur explique que Hay West a été bien plus que les 30 000 tonnes de foin. «Plus de 500 000 $, provenant de contribuables de partout au pays, ont été amassés pour aider à envoyer le foin à destination. À ce demi million de dollars, il faut également ajouter les quelque 400 000 $ qui proviennent des entreprises», souligne le directeur de Hay West.

M. Brodeur croit aussi que Hay West est une réussite. «En bout de ligne, nous pouvons dire que oui! nous avons eu un impact pour aider les agriculteurs frappés par la sécheresse», lance-t-il.
En effet, grâce à la générosité des agriculteurs de l’Est du pays, quelque 1000 familles d’agriculteurs de la Saskatchewan et de l’Alberta auront gagné, par l’entremise d’une loterie, du foin provenant de Hay West.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *