Volume 27 Numéro 11 Le 3 février 2010

L’aventure du GGAO

Par Pierre Glaude, collaboration spéciale


L’histoire du Groupement de gestion agricole de l’Ontario a commencé en mars 1988 dans la vieille « Rabbit » du regretté J. André Demers, alors directeur adjoint du Collège d’Alfred. André qui avait été un agronome très respecté dans la région de New Liskeard avait été invité à donner un cours de gestion agricole à des agriculteurs du Témiscaming, et il m’invita à me joindre à lui pour le voyage.

Douze heures de voyage dans une tempête de neige à se faire arroser de « slush » par de gros camions auquels la petite Rabbit ne pouvait tenir tête. Ce n’était pas plaisant : c’était même dangereux !

Mais, j’ai vite réalisé qu’André ne m’avait pas invité pour avoir un compagnon de voyage : il avait un long message à me passer, celui de convaincre l’Union des cultivateurs franco-ontariens de l’aider à fonder des Syndicats de gestion agricole en Ontario.

Pendant 12 heures je l’ai écouté, d’abord distraitement surtout lorsqu’il dérapait de la chaussée. Son discours était répétitif et pas moyen de changer de sujet malgré tout mes efforts. À la fin du voyage cependant, je partageais pleinement son enthousiasme et j’ai décidé de m’atteler à la tâche.

André savait de quoi il parlait. L’année précédente avec un collègue du Collège, il avait effectué une vaste étude qui démontrait que les agriculteurs franco-ontariens étaient, dans l’ensemble, de très faibles gestionnaires d’entreprises.

De son long discours, j’avais retenu ces deux phrase massues qui m’ont piqué au vif : « Tu sais Pierre, tout ce que vous faite à l’Union des cultivateurs sera peine perdue car, il n’y aura plus de cultivateurs franco-ontariens dans vingt ans si on ne leur donne pas ce puissant outil de gestion agricole qu’est le Syndicat de gestion. Nos gens sont de bon producteurs, mais aujourd’hui en 1988 ça ne suffit plus, si tu ne gère pas bien ton entreprise tu vas manquer ton coup. »

Vingt ans plus tard, on connaît la suite. Le 2 février 1989, à l’occasion de l’assemblée générale de l’Union des cultivateurs franco-ontariens, trois gros canons de la Fédération des Syndicats de gestion agricole du Québec n’ont eu aucune difficulté à convaincre la centaine d’agriculteurs présents à fonder deux premiers Groupements de gestion en Ontario. En 1993, un troisième groupement voyait le jour au Témiscaming.

En 2004, les trois groupements ont uni leurs forces et je salue cette initiative courageuse qui était inévitable et qui ne doit pas être interprété comme un signe de faiblesse du mouvement.

Il serait ingrat à ce moment-ci de passer sous silence le soutien financier du ministère de l’Agriculture de l’Alimentation et des Affaires Rurales de l’Ontario qui pendant plusieurs années a investi au total pas moins de 500 000 $ dans ce projet.

Vingt ans plus tard, l’histoire donne raison au visionnaire André Demers, car aujourd’hui en 2009, l’Ontario français compte toujours de nombreuses entreprises agricoles solides, bien gérées et profitables qui sont attrayantes pour la relève? et le Groupement de gestion agricole de l’Ontario y est pour beaucoup.

Félicitations à tous ceux qui y ont cru, qui y croient encore et qui continuent à consacrer temps et énergie pour en assurer la survie et l’épanouissement. Un gros merci à Luc et à son équipe pour leur professionnalisme et leur persistance.

Je suis tout particulièrement fier d’avoir été associé à la fondation du groupement. C’est toujours un plaisir de voir que nos efforts ont des effets bénéfiques et durables dans la société.

Longue vie et prospérité au Groupement de gestion agricole de l’Ontario et à ses membres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *