Volume 26 Numéro 17 Le 6 mai 2009

La directrice du Campus d’Alfred dirigera également Kemptville

Par Simon Durand, directeur général, L'Union des cultivateurs franco-ontariens


Renée Bergeron, directrice du Campus d’Alfred, devra assurer l’intérim de la direction générale du Campus de Kemptville, en attendant que l’Université de Guelph y trouve un remplaçant. Photo archives.

Suite au départ à la retraite du directeur du Campus de Kemptville de l’Université de Guelph, Michael Goss, la directrice du Campus d’Alfred, Renée Bergeron, verra ses responsabilités administratives augmenter considérablement.

Fierté ou méfiance?
C’est ainsi que depuis le 1er mai, Mme Bergeron assume la fonction de directrice par intérim du Campus de Kemptville.

Madame Bergeron assurera la gestion du Campus de Kemptville à raison de deux jours par semaine pour une période maximale d’un an. Elle sera donc présente à Alfred trois jours par semaine pour l’administration du campus francophone.

Avec les avancées actuelles en technologie de l’information, une personne « peut théoriquement travailler pour l’un ou l’autre des campus peu importe où elle se trouve », rappelle Mme Bergeron.

Des mesures particulières seront prises afin d’assurer la poursuite de ses activités de recherche au Campus d’Alfred et la supervision de ses étudiants gradués.

La confiance manifestée par le doyen du Ontario Agricultural College (OAC), Robert Gordon en cette période de transition importante, et les bonnes performances du Campus d’Alfred sont certainement des éléments dont nous pouvons être fiers et qui sont à l’honneur de tout le personnel du Campus.

Cette nouvelle responsabilité de Mme Bergeron pourrait peut-être paver la voie à une synergie entre les deux institutions et un meilleur accès à des ressources humaines et financières au Campus d’Alfred.

Cette union administrative entre les deux Campus régionaux n’est pas sans soulever une certaine inquiétude par rapport à l’indépendance et l’identité francophone de notre Campus.

L’Union des cultivateurs franco-ontariens (UCFO) s’assurera que cette entente ne sera que temporaire et que le Campus d’Alfred poursuive son épanouissement et qu’il continue à se développer avec toutes les ressources dont il peut avoir besoin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *