Le 18 mai 2005

Le Collège d’Alfred parraine deux autres étudiants réfugiés

Par Pierre-Alain Blais


Agricom a appris que le Comité d’entraide universitaire mondial (EUMC) du Collège d’Alfred songeait sérieusement à parrainer non pas un seul étudiant réfugié, mais bien deux pour la prochaine année scolaire.

Selon Robert St-Amant, professeur responsable du comité au Collège d’Alfred, le Comité a étudié les candidatures de deux réfugiés Burundais (un jeune homme nommé Élias et une jeune femme nommée Frida). Le choix s’était porté sur la jeune dame « puisqu’il est en général beaucoup plus difficile pour une jeune fille de terminer ses études en Afrique, c’est d’autant plus le cas dans un camp de réfugiés », mais n’a pas pu se résoudre à laisser Élias derrière qui « n’avait pas trouvé de place dans une autre institution d’enseignement et qui resterait donc au camp de réfugié en septembre », explique M. St-Amant.

Les deux dossiers étaient très semblables, de poursuivre Robert St-Amant: fuite devant l’oppression pendant l’adolescence, mort de plusieurs membres de la famille immédiate, long périple à travers l’Afrique des Grands Lacs (Burundi, Tanzanie, Malawi), séjour prolongé dans un camp ou des camps de réfugiés, études complétées dans des conditions difficiles, travail bénévole d’enseignement, etc.

Le Comité local de l’EUMC aura donc un défi de taille pour trouver du financement et accompagner deux nouveaux arrivants au pays, simultanément en septembre prochain. « Cette décision nous obligera à redoubler d’effort pour trouver les fonds nécessaires à l’accueil de ces étudiants et à leur adaptation à la société canadienne. Par contre, il s’agit d’un défi combien motivant à cause de l’impact positif que le succès aura sur ces deux personnes et sur la richesse de la vie au Collège d’Alfred ».

Un appel encore plus pressant sera lancé à la générosité de la communauté au cours de la prochaine année.

Par ailleurs, les cinq premiers étudiants réfugiés du Collège d’Alfred se seraient très bien ajustés à la vie canadienne: César qui est encore aux études au Collège d’Alfred travaille chez Delta Foods cet été, Émile vit et travaille dans une ferme laitière à Lefebvre près d’Alfred, Balayi travaille à Toronto, Mireille étudie en administration et Madzouka a trois emplois d’été à Ottawa!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *