Volume 31 Numéro 07 Le 22 novembre 2013

Les opposants à l’usine d’asphalte ne baissent pas la garde


Suzanne Lavoie, copropriétaire de la Ferme Mariposa, de Plantagenet. Photo ILessard

Isabelle Lessard

Par Isabelle Lessard
Rédactrice en chef
redaction@journalagricom.ca


Ils étaient plus d’une centaine d’opposants au projet d’usine d’asphalte de Plantagenet à se présenter à la dernière rencontre publique qu’organisaient les Comtés unis de Prescott-Russell (CUPR) pour présenter les récentes modifications au plan d’aménagement officiel régional.

Le plan tel que présenté lors de cette séance, tenue à l’Orignal le 13 novembre, permettrait la construction d’une usine d’asphalte sur une trentaine d’hectares de boisé et de terres agricoles en bordure de la route 17, au sud du village de Plantagenet. Il s’agit d’un endroit où se trouve une importante réserve d’agrégats, selon le rapport d’une étude réalisée pour le compte des CUPR.

Ils étaient près d’une trentaine à profiter du droit de parole que leur avaient accordé les CUPR après la présentation des modifications majeures apportées au plan officiel, un document révisé tous les cinq ans.

D’ailleurs, plusieurs ont critiqué la tenue de cette séance publique un après-midi en milieu de semaine. « Croyez-vous vraiment que de tenir une consultation publique à 13 h permet d’avoir le pouls de tous les citoyens et citoyennes », a questionné Gérald Pilon, un résident de L’Orignal, en s’adressant aux élus.

Plusieurs des citoyens qui se sont exprimés ont demandé à leurs élus de préserver la zone naturelle plutôt que d’autoriser l’installation d’une industrie lourde dans cette région.

« Comment peut-on justifier en 2013 de prioriser une réserve d’agrégats sur l’escarpement de Jessup’s Falls, une zone documentée comme exemplaire de notre héritage naturel ? », a interrogé Suzanne Lavoie, une résidente et propriétaire de la Ferme Mariposa, située à quelques kilomètres du terrain acquis pour l’usine.

« Vous devez faire un choix et défendre fièrement celui-ci au nom des Comtés unis, ainsi que de la population actuelle et des générations futures », a-t-elle poursuivi. Elle a conclu sa présentation en prévenant les maires que le dossier était loin d’être clos pour la communauté. « Pour la conservation et la protection de l’escarpement, nous les citoyens we will rock you. »

L’avocat des promoteurs du projet d’usine d’asphalte était présent à la rencontre et il a demandé aux élus d’aller de l’avant avec les modifications au plan officiel, ce qui a déclenché des huées dans la foule.

Changement de zonage
L’entreprise PB Paving and Landscaping de Rockland a demandé un changement de zonage rural à un zonage agrégats et minerais afin d’y construire son usine d’asphalte. Reste maintenant à obtenir l’aval du conseil municipal.

La compagnie prévoit investir de trois à quatre millions $ pour y construire une bétonnière qui aurait la capacité de produire 250 tonnes d’asphalte à l’heure. Les promoteurs du projet estiment créer de 30 à 50 emplois directs et indirects, saisonniers pour la plupart puisque l’usine ne fonctionnerait que six mois par année, soit de la mi-mai à la mi-novembre.

Sur plusieurs dizaines de kilomètres en bordure de la route 17, les citoyens s’opposant à l’usine continuent d’arborer des drapeaux rouges ou des pancartes invitant le maire de la municipalité d’Alfred-Plantagenet, Jean-Yves Lalonde, à stopper le projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *