Volume 34 Numéro 11, Le 3 février 2017

Mise en garde contre les taux de mycotoxines dans les aliments pour animaux


Par Journal Agricom


Une analyse récente des cultures fourragères récoltées aux quatre coins du Canada en 2016 présente des résultats semblables à ceux qu’on enregistre aux États-Unis : nos producteurs sont confrontés à un risque élevé lié à la présence de mycotoxines dans leurs rations totales mélangées (RTM), dans la drêche sèche de distillerie avec solubles et dans l’ensilage.

L’analyse menée par l’équipe de gestion des mycotoxines d’Alltech montre que la plupart des 45 échantillons de RTM contenaient de l’acide fusarique et du désoxynivalénol (DON). Le DON était la mycotoxine prédominante dans l’ensilage de maïs de la nouvelle récolte, ainsi que dans les échantillons de blé de printemps, d’orge et de triticale.

Selon le nutritionniste de l’équipe, M. Max Hawkins, la combinaison de DON et d’acide fusarique peut se traduire par un facteur d’équivalence toxique élevé pour les animaux.

  1. Hawkins indique que les mycotoxines se développent rapidement et sont une source de contamination. C’est pourquoi il conseille vivement aux éleveurs de veiller à prélever régulièrement des échantillons de leur RTM et de leur ensilage et de surveiller leurs volailles et leur bétail.

« Surveillez les variations dans l’apparence des ingrédients et menez des analyses des mycotoxines pour déterminer le niveau de risque, recommande‑t‑il. Une fois le niveau de risque établi, les producteurs peuvent affiner leur programme de gestion des mycotoxines en ajustant les taux d’inclusion. »

  1. Hawkins souligne qu’il est important de faire la distinction entre les taux de mycotoxines et le nombre de mycotoxines. Son équipe a détecté en moyenne presque quatre sortes de mycotoxines dans chaque échantillon. Toutefois, dit-il, ce nombre n’a aucun rapport avec les taux de mycotoxines présentes en concentrations de l’ordre de parties par milliard et avec la variété de mycotoxines.

« Une seule mycotoxine qui présente un risque élevé peut entraîner un indice REQ élevé [indice mis au point par Alltech qui évalue la toxicité totale d’un mélange de mycotoxines donné en fonction de la quantité de mycotoxines individuelles], dit‑il. Plusieurs mycotoxines regroupées en une combinaison complexe peuvent être plus nuisibles que les mycotoxines individuelles. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


7 + = seize