Volume 30 Numéro 02 Le 7 septembre 2012

Mouvement de solidarité agricole contre la sécheresse


Photo © ILessard

Par Koralie Boyer, journaliste
kboyer@journalagricom.ca


Un mouvement de solidarité entre les agriculteurs des Prairies et de l’Ontario s’organise de façon plus concrète. Une quinzaine d’agriculteurs se sont réunis le 29 août dernier pour discuter de la possibilité de faire venir du foin de l’Ouest canadien. Ce foin servirait principalement aux éleveurs ontariens qui ont été gravement touchés par la sécheresse et qui planifient acheter du foin pour compenser les récoltes peu abondantes de cet été.

La réunion à laquelle participaient une quinzaine d’agriculteurs se voulait une rencontre informative sur le projet d’aide, piloté par le groupe Mennonite Disaster Service. Cette réunion a permis aux agriculteurs présents d’obtenir plusieurs informations relatives au projet, notamment qu’une quantité importante de foin en provenance de Saskatchewan était disponible pour eux.

« Selon les organisateurs, il serait possible d’organiser le transport de 50 voyages de foin qui arriveront par train », rapporte Wyatt McWilliams, un agriculteur qui participait à la rencontre. M. McWilliams est aussi l’instigateur d’un mouvement similaire qui avait permis à des éleveurs de l’Ouest canadien de recevoir du foin en provenance de l’Est ontarien en 2002.

Le directeur de la division ontarienne du Mennonite Disaster Service, Glenn Buck, n’a pas pu confirmer la quantité totale qui sera nécessaire puisque celle-ci dépendra, selon lui, de comment les choses évoluent au cours des prochains jours. « Cela dépendra de ce que les gens nous diront lors des réunions à venir et des partenariats qui se formeront d’ici là », a-t-il déclaré.

Au moment de mettre sous presse, une seconde réunion était prévue le 5 septembre pour discuter de la situation plus en détail et de mieux évaluer les besoins.

L’opération est organisée par le groupe Mennonite Disaster Service, un regroupement composé d’agriculteurs bénévoles situés au Canada et aux États-Unis, principalement de religion chrétienne, qui viennent en aide à leurs semblables en cas de crise.

Selon M. McWilliams, un cultivateur qui était présent lors de la dernière rencontre, c’est le groupe en question qui s’occupera de distribuer le foin à ceux qui en auront le plus besoin. « Nous pourrons leur donner quelques contacts, mais ce sont eux qui organisent le transport et tout », dit-il.

Selon Glenn Buck, le projet est encore à l’étape de la planification. « Plusieurs agriculteurs se sont montrés intéressés à donner ou à vendre leur foin à un très bas prix. Nous sommes aussi en train de négocier avec la Fédération de l’Agriculture de l’Ontario pour l’établissement d’un partenariat afin de payer moins cher pour le transport du foin », explique-t-il. Selon M. Buck, le foin pourrait commencer à être transporté durant les prochaines semaines et être distribué d’ici novembre.

Prix du foin
Comme la demande est à la hausse et l’offre à la baisse, le prix du foin a fait un bond.

Interrogé par le journal Agricom, le spécialiste en production animale du ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales, Mario Mongeon, affirme que les quantités et le prix du foin varient selon la région. « En général, la quantité de foin est moindre par rapport aux années précédentes. Plusieurs agriculteurs manquent de foin, et on peut s’attendre à ce que le prix de celui-ci fluctue à la hausse », déclare-t-il. Pour ce qui est de la gestion des troupeaux, selon lui, l’impact se fera davantage ressentir cet hiver. « Les éleveurs auront moins de fourrage pour nourrir leurs bêtes, ce qui peut avoir de fâcheuses conséquences sur le troupeau », explique l’expert.

L’histoire de ce mouvement de solidarité est donc à suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *