Volume 30 Numéro 07 Le 23 novembre 2012

Présence politique très remarquée

Par Simon Durand, directeur général UCFO
redaction@journalagricom.ca


La présence de tous les partis politiques principaux n’a pas passé inaperçue lors de l’assemblée générale annuelle de la Fédération de l’agriculture de l’Ontario (FAO) les 19 et 20 novembre à Toronto. En plus du ministre de l’Agriculture de l’Ontario et des deux chefs des partis d’opposition, plus de 350 délégués, invités et partenaires y ont assisté.

Signe de l’incertitude politique et des changements à venir, tout le gratin politique de la province a saisi l’opportunité de venir prendre la parole et pour tenter de marquer des points chez les agriculteurs.

En plus du ministre provincial de l’Agriculture, les deux critiques de l’opposition en matière d’agriculture étaient présents, de même que les chefs conservateur et néo-démocrate, Tim Hudak et Andrea Horvath.

Lors de son allocution, M. Hudak a principalement insisté sur l’importance de réduire la bureaucratie et les lourdeurs administratives pour les différents programmes gouvernementaux ayant trait à l’agriculture. Il a également mis beaucoup d’emphase sur l’importance de contrôler les dépenses et d’assainir les finances publiques.

Quant à Mme Horvath, en plus de souhaiter l’allègement bureaucratie, elle a beaucoup insisté sur l’importance de l’agriculture comme moteur économique important pour la province et sur son engagement à dynamiser l’Ontario rural.

Élections
Les mandats pour la présidence et la vice-présidence ayant pour durée un an, des élections pour ces trois postes se sont tenues.  M. Mark Wales a été réélu à titre de président avec une majorité des voix (63 %) contre son adversaire, M. Peter Lambrick. Les deux postes de vice-présidents pour la prochaine année seront occupés par Don McCabe et Debra Pretty-Straathof, tous deux réélus.

Température et membership
Évidemment, avec les variations de température de l’été dernier, les événements météorologiques et les rendements étaient des sujets de prédilection lors du congrès. Ce partage d’information et la quantité de différents scénarios dans la province ont permis de mettre en lumière les limites de certains programmes d’assurances, en particulier pour le foin.

L’autre sujet qui faisait l’unanimité était le sentiment de frustration et d’incompréhension qui entourait le statut de l’accréditation de la FAO et la définition d’un membre aux yeux du Tribunal d’appel de l’Agriculture. Pour tous les producteurs présents dans la salle, le choix de la FAO au moment de l’enregistrement et l’envoi de leur cotisation de 195 $ était en soi un choix et un engagement envers un organisme.

 Le ministre de l’Agriculture de l’Alimentation et des Affaires rurales Ted McMeekin a d’ailleurs profité de sa tribune pour reconnaître que le processus d’accréditation avait été particulièrement long et pénible, mais qu’il était assuré que les changements législatifs qu’il venait d’apporter permettraient une réaccrédidation rapide.

Parallèlement à l’AGA de la FAO, une centaine de délégués de l’association Juniors Farmers of Ontario se sont également rencontrés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *