Volume 35 Numéro 10 Le 19 janvier 2018

Programme d’indemnisation des dommages causés par la faune


Le ministre de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales de l'Ontario, Jeff Leal.

Par MAAARO


Le ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales, Jeff Leal, a émis la déclaration suivante sur l’évaluation du Programme d’indemnisation des dommages causés par la faune :

« Notre gouvernement sait que les agriculteurs font de leur mieux pour protéger leur bétail de la prédation par la faune. Toutefois, ils subissent quand même des pertes, et nous leur offrons de l’aide pour compenser ces pertes par l’entremise du Programme d’indemnisation des dommages causés par la faune. Je suis allé sur des terres agricoles et j’ai vu de mes propres yeux les dommages que les prédateurs ont causés à leur bétail.

« Notre gouvernement tient à ce que le PCA prolonge et amplifie les succès obtenus par Cultivons l’avenir 2 et à ce que la transition vers les nouveaux programmes, en avril, se fasse harmonieusement.

« Pour s’assurer que le programme serve au mieux les intérêts des producteurs, le gouvernement l’a mis à jour en janvier 2017, à la suite d’une étude effectuée par des tiers et de consultations auprès d’une douzaine de partenaires de l’ensemble de la chaîne de valeur agroalimentaire. Ces mises à jour s’alignent sur les recommandations de l’étude ainsi que sur les commentaires reçus, et elles sont fondées sur des données probantes.

« Nous voulons nous assurer que tous les programmes du gouvernement bénéficient directement à ceux qui en dépendent le plus.

« Lorsque je me rends dans des concessions et que je m’assois à des tables de cuisine pour boire du café avec des agriculteurs, ou que je m’assois avec nos dirigeants municipaux, j’écoute toujours attentivement. Je veux que vous sachiez que j’ai entendu vos préoccupations au sujet de cette mise à jour du programme. Voilà pourquoi mon ministère travaillera avec nos partenaires, au cours des prochains mois, pour examiner le programme afin que les agriculteurs soient justement dédommagés de leurs pertes.

« J’ai hâte d’étudier les commentaires reçus lors de l’évaluation, et en fonction de ces discussions, nous envisagerons d’apporter des modifications au programme.

« Il y a près de 50 000 fermes familiales où l’on travaille dur, dans cette province, et notre gouvernement s’est engagé à les aider. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *