Volume 27 Numéro 07 Le 18 novembre 2009

Récoltes en dessous des moyennes pour le Témiskaming ontarien

Par Josée Bellehumeur, collaboratrice Nord-Est ontarien


Malgré la météo difficile, les producteurs du Nord-Est de l’Ontario s’en sortent quand même assez bien!

La région a enregistré un total de 2100 UTM, soit 200 de moins que la moyenne habituelle de la région et la première gelée mortelle est survenue vers le 20 septembre, ce qui est dans les normales, indique Daniel Tassé, agronome au ministère de l’Agriculture de l’Ontario.

La maturité a été retardée pour les cultures de mais et de soya en raison du manque de chaleur. On risque de voir plus de grains verts dans le soya et des champs de mais récoltés tard en décembre ou même au printemps 2010, estime Daniel Tassé. Depuis que le soleil est revenu, on peut quand même voir des batteuses dans les champs de soya, dit-il.

Malheureusement pour les céréales, les pluies abondantes en juillet ont permis le développement de la fusariose dans le blé et l’orge. Plusieurs agriculteurs se plaignent de moisissures dans l’orge ce qui entraîne des problèmes dans les rations alimentaires des vaches.

Par exemple, la consommation diminue et par le fait même la production, les chaleurs ne sont plus visibles, et il y a des risques d’avortement, etc. Les éleveurs doivent diminuer les quantités données aux animaux et compenser par une autre source d’énergie pour combler les besoins des vaches.

Les rendements sont variables pour chaque producteur, mais en général dans le Témiskaming ontarien la moyenne est d’une tonne par acre (t/ac) dans l’orge, 1,25 t/ac dans le blé ainsi que dans l’avoine, ce qui est dans les normales selon l’agronome. De plus, l’avoine s’en est bien sortie puisqu’elle est plus résistante au sol humide et elle n’est pas sensible à la fusariose.

Enfin, quelques producteurs qui andainent l’avoine se sont fait prendre par plusieurs jours de pluie et ils ont été obligés de laisser la récolte au sol.

Le canola s’en tire mieux
Pour le canola, la récolte a été bonne avec des rendements de 1 t/ac, ce qui est très bon selon Daniel Tassé, puisqu’on a l’habitude de voir ¾ t/ac en général. Le canola est une culture sensible aux maladies et susceptible à la moisissure lors de temps chaud et humide au moment de la floraison.

Cependant, avec de bonne rotation (cycle de 4 ans) et un traitement au besoin avec un fongicide, on peut contrôler facilement les moisissures.

L’enfer du foin sec
Le foin sec a été très difficile à faire puisqu’il faut au moins 3 jours de beau temps consécutifs pour faire de la qualité. Ce n’est pas la quantité d’eau mais le nombre de jours d’ensoleillement qui a été problématique cette année, explique l’agronome Tassé.

La qualité des fourrages semble meilleure que l’année passée selon les commentaires des producteurs et les rendements dans l’ensilage de maïs est bon.

La fin des travaux aux champs approche.

Il y a un peu plus de terrains labourés cette année puisque la région a eu un automne pluvieux. Il est difficile de faire un bon travail au « chisel » lorsque les terres sont gorgées d’eau. Le labour reste la meilleure option dans cette situation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *