Volume 34 Numéro 11, Le 3 février 2017

Recrutement de main-d’œuvre version 2.0


Par Chantal Quirion


Le 16 février prochain se tiendra une foire virtuelle d’emplois à l’intention des immigrants canadiens ayant reçu une confirmation de résidence permanente.  Ainsi, le projet Solutions Emplois (www.solutionsemplois.ca) vise l’intégration en emploi des immigrants francophones ou choisissant de vivre en français et permet aux employeurs d’avoir un choix de première ronde de travailleurs qualifiés.

Parmi ce bassin de main-d’œuvre, les employeurs issus du milieu agricole pourraient dénicher la perle rare, indique, Alain Vixamar, responsable de l’événement organisé par La Cité des affaires.

Les démarches pour inscrire son entreprise sont simples. Il suffit de communiquer avec un agent de projets à info@solutionsemplois.ca ou de composer le 613 742-2483, poste 2087.

Les secteurs d’emplois sont variés : informatique, ingénierie, marketing, santé, service social, télécommunication et tourisme. L’agriculture pourrait s’y retrouver, n’en tient qu’aux employeurs en quête de main-d’œuvre de s’inscrire à l’événement, il n’y en a pas eu jusqu’à maintenant.

L’événement qui en est à sa troisième édition prend de l’expansion. Les employeurs apprécient l’efficacité de l’initiative, selon M. Vixamar. Ils peuvent continuer à vaquer à leurs occupations tout en faisant du recrutement.

Pour le chercheur d’emploi comme pour l’employeur, ces salons offrent les mêmes avantages qu’une foire conventionnelle sans les inconvénients des déplacements. Grâce à la technologie moderne, les participants peuvent échanger directement. De plus, le service est gratuit.

« Imaginez-vous une foire traditionnelle. La seule différence c’est que le candidat va clavarder directement avec l’employeur », poursuit M. Vixamar.

Les candidats ont acquis une expérience professionnelle dans leur pays d’origine et proviennent de différents domaines. Ils sont souvent prêts à expérimenter de nouvelles avenues, ne pouvant généralement pas exercer leur profession initiale dès leur arrivée.

« La personne qui arrive ici, parfois tout ce qu’elle veut c’est travailler », fait valoir M. Vixamar.

Agronomes, ingénieurs, spécialistes en cours d’eau, et d’autres professionnels ont acquis des compétences qu’ils peuvent mettre à contribution pour le plus grand bénéfice de l’industrie agricole.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *