Volume 28 Numéro 07 Le 18 novembre 2010

Renée Bergeron ? De retour à temps plein à la direction du Campus d’Alfred

Par Pierre-Alain Blais, rédacteur en chef


Renée Bergeron, Ph.D. Photo archives.

Renée Bergeron est très heureuse d’être de retour à la normale. Et la normale pour la directrice du Campus d’Alfred, c’est de pouvoir renouer avec la recherche, qui constituait la moitié de sa tâche normale, en plus des tâches administratives.

« Depuis le 23 août, je suis chercheure à nouveau et j’en suis très heureuse », a confié à Agricom celle à qui l’on avait demandé de partager son temps entre deux postes de direction, celui d’Alfred et celui du campus frère de Kemptville.

Le directeur de Kemptville d’alors, Michael Goss, venait de prendre une retraite bien méritée, et lOEUniversité a choisi de ne pas offrir ce poste à un membre senior du personnel déjà en poste. On allait chercher du sang neuf à l’extérieur.

Il ne lui restait plus tellement de temps pour s’impliquer directement en recherche, confie la directrice Bergeron. C’était plutôt du 110% administration et budgets qui l’a accaparée durant cet interlude.

Elle dit d’ailleurs qu’elle en est venue à mieux « aimer l’administration et la gestion des budgets ».

Ce changement de mandat, qui ne devait durer que quelques mois, s’est prolongé sur une période beaucoup plus longue, vu le long processus pour recruter un nouveau directeur pour Kemptville. Si bien, que l’exigence de deux postes administratifs de haut niveau, avec deux budgets et deux équipes de personnels distinctes ont inévitablement entraîné un surcroît de stress et de fatigue.

Elle raconte qu’en revoyant les images doeun tournage télé au printemps dernier, elle a été elle-même étonnée de voir comment ses traits tirés étaient accentués par cet éclairage particulier, ce qui a été remarqué par des membres de la famille.

La communauté s’en est inquiété aussi. Une directrice à mi-temps n’était pas nécessairement un bon présage pour l’institution franco-ontarienne, surtout si cet arrangement « temporaire » devait se prolonger indûment.

Une plus grande collaboration Alfred-Kemptville
Renée Bergeron dit avoir retiré des choses « bénéfiques » de son expérience de directrice à mi-temps à Kemptville. Entre autres, au sujet des levées de fonds pour les infrastructures qui de plus en plus ne peuvent se réaliser sans l’appui massif de la communauté.

« J’étais présente lors de la levée de fonds pour la nouvelle étable au Collège de Kemptville, raconte Mme Bergeron. Absolument tout le monde était impliqué, les Amis du Campus, les Anciens, les agriculteurs de la région, la communauté. C’est ainsi qu’on a réussi ».

L’injection de fonds privés, ce serait désormais « la voie de l’avenir pour financer les infrastructures », perçoit-elle.

Le partage des directions générales a aussi eu l’effet positif de rapprocher les deux Campus, un des souhaits de Guelph.

Du côté de la recherche, principalement, quoique certaines autres fonctions soient partagées, telles que la comptabilité, en la personne de Mme Nikki Dignard, qui partage son temps entre les deux campus.

En recherche, il y a une mise en commun des équipes de recherche de calibre universitaire. Un premier exemple : Mme Bergeron collabore avec le chercheur Trevor DeVries de Kemptville à un vaste sondage très poussé, qui portera sur la santé et le bien-être des animaux laitiers en Ontario.

En se basant sur le nouveau guide des pratiques optimales de gestion, des centaines de fermes recevront la visite doeune représentante de lOEUniversité qui fera le point avec le producteur de l’application de ces pratiques au jour le jour dans son exploitation.

Une autre recherche en collaboration avec Kemptville: le comportement équin. Est-ce que les chevaux sont aussi perceptifs que l’on est porté à croire, en particulier quand un cavalier est mal à l’aise ou même craintif avec eux. C’est un travail de recherche qui en est rendu à l’analyse des longues bandes vidéo enregistrées cet été.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *