Le 15 juin 2005

Silence on tourne !

Par Chantal Quirion


Malgré la pluie battante, le tournage de la 4ième saison de la série FranCoeur poursuit son cours pour une deuxième journée à la ferme de Stéphane et Julie Villeneuve à Hawkesbury.

Pendant que plusieurs comédiens étaient retenus sur le plateau, d’autres échangeaient sous la tente, avec les invités conviés par le producteur Robert Charbonneau. Ce dernier n’a pas lésiné pour commémorer en grande pompe l’envol des épisodes 33 à 44 en ce 14 juin, un moment qu’il qualifie d’historique, FranCoeur étant la première et toujours la seule production télévisuelle dramatique en Ontario français.

Comme le soulignait la directrice en chef TFO/TV Ontario, Claudette Paquin, de qui émerge avec Robert Charbonneau l’idée de cette série, cette aventure qui dure depuis maintenant cinq ans, ouvre la porte à d’autres rêves, à d’autres projets. « Ce qui nous tuerait, dit-elle, ce serait d’arrêter de rêver. »

L’idée d’entreprendre d’autres réalisations plane bel et bien dans l’air mais l’argent étant le nerf de la guerre, M. Charbonneau n’a pas été sans rappeler que les diffuseurs publics doivent bénéficier de budgets adéquats pour être en mesure de favoriser les productions ontariennes de langue française.

Question de financement, la ministre de la Culture et des Affaires francophones de l’Ontario, Madeleine Meilleur, était porteuse de bonnes nouvelles avec une annonce de 140 000 dollars destinée à financer ces douze nouveaux épisodes. Une somme puisée du Fonds d’investissement stratégique, laquelle s’inscrit dans le budget total de FranCoeur IV qui s’élève à 2,86 millions.

Au-delà du divertissement, FranCoeur c’est aussi une histoire de gros sous et d’abondantes retombées économiques pour la région, en particulier pour les comtés de Prescott et Russell.

Depuis 2001, on estime à 35 millions de dollars le montant de ces retombées qui ont bénéficié à plusieurs secteurs. En restauration, plus de 18 000 repas ont été servis aux équipes de tournage, alors que les motels et les café-couettes ont loué plus de six mille nuitées. À la fin de ce quatrième tournage, plus de 1000 figurants auront été embauché et un million de dollars aura été investi dans les achats d’immobilisation. « FranCoeur signe la naissance d’une industrie qui fait déjà vivre des dizaines de comédiens dans la région », souligne le producteur de la série.

Avant de reprendre le tournage, quelques comédiens ont reçu les éloges de Mme Meilleur qui avoue être une inconditionnelle de FranCoeur, au point d’en avoir converti son équipe de travail!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *