Volume 34 Numéro 01 le 26 août 2016

Une chaire de recherche agricole à l’Université de Hearst


Pierre Ouellette, recteur de l’Université de Hearst.

Marc Dumont

Par Marc Dumont
Correspondant – Nord de l'Ontario
info@journalagricom.ca


« C’est assez incroyable ce qui se passe en agriculture dans les régions de Hearst, Kapuskasing et Cochrane »,  affirme Pierre Ouellette, recteur de l’Université de Hearst. « Il y a de plus en plus de tentatives sérieuses et les projets sont de plus en plus gros », ajoute-t-il. « Il y en a qui fondent des espoirs sans limites. »

L’Université de Hearst a toujours voulu accompagner la communauté dans son développement social et économique. La nouvelle orientation en agriculture est une réponse à la demande des communautés. Depuis quelques années, des entreprises agricoles émergent dans le Grand Nord de l’Ontario. On peut citer la distillerie Rheault à Hearst qui utilise des produits régionaux, La Maison verte, une entreprise d’économie sociale qui exploite plusieurs grandes serres en horticulture à Hearst également. À Kapuskasing, la nouvelle Fromagerie Kapuskoise  Artisan Cheese est en train de faire reculer les sceptiques au sujet de l’industrie de transformation dans le Nord. Enfin l’industrie du bœuf a un plan ambitieux dans la Grande enclave argileuse. Si l’on demande à Pierre Ouellette quels sont les besoins, il répondra qu’il y en a un en recherche appliquée en agriculture.

Le recteur voit plusieurs occasions de recherche dans trois secteurs. Dans la ferme de démonstration de Kapuskasing (l’ancienne ferme expérimentale fédérale) il y a encore les installations pour la recherche. On pourrait y étudier l’élevage bovin dans le Nord. Le deuxième secteur, les grandes cultures, deviennent intéressantes. Présentement, un entrepreneur étudie même la possibilité de construire un élévateur à grain dans la région de Cochrane. Plusieurs facteurs comme le prix des terres et les conditions de croissances sont en train de changer. Les changements climatiques permettent de croire à de belles possibilités dans les petites céréales. Y aurait-il d’autres types de cultures? La recherche pourrait apporter des réponses, selon lui.

Le troisième secteur est le maraîcher. C’est la tendance un peu partout, même que la recherche indique que c’est le secteur prioritaire. L’Université de Hearst a fait une demande de subvention pour créer une chaire de recherche en horticulture dans le Nord. Le projet de l’université est de construire une serre sur le terrain de La Maison verte et de créer un laboratoire de recherche en horticulture. Il y a présentement des discussions avec le Collège Boréal pour que les étudiants formés présentement à Sudbury puissent faire des stages dans cette serre.

« Notre objectif avoué est d’accompagner et de cheminer avec le monde agricole. Nous voulons élargir le sentier pour quiconque entreprend un projet agricole. Présentement, on se concentre sur la recherche appliquée et quant à un programme de formation, on verra », poursuit M. Ouellette. Il confirme que le changement de direction de l’Université est une toute nouvelle aventure pour cette maison de formation axée sur les sciences humaines et les affaires. « Ça change de ce que fait l’Université, ça exige du temps et de l’énergie », conclut-il optimiste.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *