Volume 34 Numéro 06 Le 4 novembre 2016

Une curieuse de saison dans le Sud-Ouest

Par Maurice Chauvin


ÉDITORIAL – La saison des récoltes 2016 a été intéressante.  Dans le Sud-Ouest de la province dans la région de Pointe-aux-Roches, nous avons commencé avec des délais d’ensemencement des cultures au printemps à cause de pluies et les températures froides et non favorables.   Ensuite est venue la sécheresse.  Nous n’avons pas vu de pluie pour environ cinq ou six semaines à compter de la fin mai. Enfin, une petite pluie le matin du  1er juillet en se préparant  pour la parade de la fête du Canada a été accueillie à bras ouverts, après tellement de semaines sans précipitation.   Nous étions un peu inquiets de la récolte de blé d’hiver qui approchait à cause du manque de pluie pour finir la croissance du grain.  Les moissons de blé ont finalement été environ une semaine plus tôt et extraordinaires malgré la sécheresse et les maladies de rouille répandues à travers la région.

La sécheresse a continué à inquiéter plusieurs agriculteurs à traves la saison 2016.  Les pluies sont finalement venues à la mi-août.  Un peu en retard, mais quand même bien reçues par tous.  Depuis ce temps, nous avons eu assez de pluie pour se rattraper la moyenne de précipitations pour l’année, en partie à cause de la grande inondation du 29 septembre avec proche 200 mm d’eau en 24 heures.

Cette étrange saison ne vient pas sans conséquence. Les pluies ont revigoré les plants de soya à un temps où ils devaient arriver à  maturité.  Ceci a causé le syndrome de la  tige verte qui a rendu la moisson difficile pour la plupart des fermiers et presque impossible pour ceux avec des batteuses plus âgées.  Le soya avec une humidité de 10-12% laissait un tapis vert derrière la moissonneuse. À cause de l’odeur, on se serait cru dans un champ de foin frais coupé.   Les moissons de soya tirent à leur fin pour la plus par des fermes de la région et les rendements présentent beaucoup de variations.  Les hybrides de saisons plus courtes semblent être plus affectés par la sécheresse de 2016, cependant les semences de pleine saison se trouvent avec des rendements extraordinaires.  Dans le coin, les moissons de maïs viennent juste de débuter. Les rapports de rendement semblent très semblables au soya.  Des rendements moyens pour certains alors qu’un peu plus au sud dans le  comté, on semble avoir d’excellents résultats. Maintenant avec un délai de pluie sur les moissons de maïs, les moissonneuses-batteuses sont toutes arrêtées. Nous attendrons pour les résultats finals de la récolte.

2016 a été une année curieuse et même stressante pour plusieurs agriculteurs. Les résultats sont quand même exceptionnels pour la saison et la sécheresse que nous avons vécues.   Mais grâce à la technologie,  les hybrides d’aujourd’hui que produisent les entreprises de semences sont certainement très supérieurs et tolèrent les stress beaucoup mieux qu’anciennement.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *