Volume 29 Numéro 09 Le 14 décembre 2011

Une nouvelle menace pour les cultures


Par Marc Dumont, collaborateur


Un nouveau ravageur menace les cultures de maïs et de haricot comestibles en Ontario: le vers-gris occidental du haricot. Cet insecte s’est propagé depuis l’an 2000 vers l’Est et le Nord à partir du Nebraska, de l’Arkansas et du Colorado. Des prises dans les pièges en 2008 ont montré la présence de papillons pour la première fois en Ontario, mais aucun dégât n’a été rapporté. En 2009, il se répandait dans le sud de l’Ontario et en 2010, on en a trouvé dans l’Est.

 

Malgré son nom, le vers-gris occidental du haricot est un ravageur qui s’attaque au maïs de grande culture, au maïs sucré et au maïs grain. Contrairement aux autres vers-gris, celui-ci préfère se nourrir du fruit du plant, comme l’épi de maïs et les cosses de haricot. Aux États-Unis, on évalue les dommages à 3,7 boisseaux l’acre dans certaines régions. Les papillons adultes sont faciles à distinguer des autres ravageurs parce que chaque aile présente une bande blanche le long du rebord de l’aile.

 

La Coalition canadienne contre les ravageurs du maïs étudie présentement l’avancée géographique et la densité de l’insecte. Dans le nord-est de l’Ontario, c’est Daniel Tassé, l’agronome du bureau de New Liskeard du ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales, qui a participé à la recherche. Pendant 17 semaines cet été, M. Tassé visitait les pièges afin de récolter des spécimens adultes.

 

Le piège consistait en un contenant de lait en plastique coupé sur les 4 côtés. La base contenait un antigel non toxique et du savon. Pour attirer le papillon du vers-gris, l’agronome suspendait une capsule contenant des phéromones. Les 4 pièges étaient aux 4 coins de la région : à Earlton, sur la 65-Ouest, la 65-Est et à Milberta. Fait intéressant, c’est à Earlton à la fin de juillet que la récolte a été la meilleure avec 71 adultes tandis qu’au piège sur la route 65 Est, c’est à la fin d’août que 60 papillons gisaient au fond du piège.

 

Dans le sud de l’Ontario, en 2011, certains pièges ont capturé de 500 à 700 adultes.

 

La difficulté avec le vers-gris occidental du haricot est de traiter en cas d’infestation. Les femelles pondent leurs œufs sur la face supérieure des plus hautes feuilles des plants de maïs. Les hybrides dont les feuilles sont bien droites sont des endroits de prédilection pour la ponte. Les œufs, en grappes de 5 à 200 œufs, prennent environ une semaine à éclore et deviennent pourpre un jour ou deux avant d’éclore. Le temps d’arrosage est assez court. Les adultes sont attirés par les champs de maïs du stade verticillé à celui qui précède la floraison mâle. La période de traitement avec l’insecticide foliaire est très courte et doit se faire au stade de la larve avant qu’elle n’ait pénétré dans l’épi de maïs. Certaines variétés de maïs transgénique peuvent protéger contre ce vers-gris.

 

 « Je trouve ça intéressant de faire partie du réseau canadien de recherche », affirme Daniel Tassé. Puis on risque d’avoir plus de ces recherches avec les changements climatiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *