Volume 29 Numéro 14 Le 23 mars 2012

Une saison trop chaude pour les acériculteurs

Par Catherine Delorme, collaboratrice
info@journalagricom.ca


La saison de la visite annuelle à la cabane à sucre est enfin arrivée! Derrière les réservoirs de sève d’érable qui bouillonnent pour se transformer en délicieux sirop se cachent les acériculteurs qui surveillant leur butin, travaillent d’arrache-pied depuis la fin février, malgré les températures trop clémentes.

 

Érablières de l’Est ontarien

Il était difficile de joindre les producteurs de sirop d’érable afin de leur poser quelques questions sur le déroulement de la saison. Ils sont affairés à la tâche avec l’espoir que la température chaude des derniers jours ne perturbera pas trop la récolte. « Ça ne gèle pas la nuit et il fait trop chaud de jour. C’est pas très bon pour la récolte », confie  Jean-Marc Levac, un acériculteur de la municipalité de Fournier. Son commentaire résume le début de la saison de tout l’est de l’Ontario.

 

L’érablière de M. Levac a amorcé ses activités le 8 mars dernier. Selon son estimation, en date du 15 mars, il a récolté 10 % de la totalité de sa récolte. En observant les résultats des années précédentes, les derniers jours de mars est la période où les érables coulent le plus, mais rien n’est certain, selon l’acériculteur. « J’ai un peu peur des températures annoncées pour les prochains jours. On prévoit plus de 20 degrés, ce qui n’est pas bon », confie-t-il. Toutefois, il espère profiter de la saison jusqu’à la mi-avril.

 

Alain Lavigne, acériculteur à la Ferme Lavigne de la région de Ste-Anne-de-Prescott qui entaille plus de 1600 érables, partage les mêmes craintes que M. Levac. « Malgré un départ hâtif, ça coule lentement. Jusqu’à présent, la saison n’est pas exceptionnelle », affirme-t-il. M. Lavigne estime qu’il a récolté 25 % de la totalité de sa récolte et devrait terminer la saison à la fin mars si les températures prévues n’atteignent pas l’est de l’Ontario.

 

Depuis quelques années, la saison du sirop d’érable est de plus en plus courte, nous confirme Alain Lavigne. « On voit la tendance au réchauffement climatique. Il y a dix ans, on finissait toujours en avril. Maintenant, la saison se termine fin mars. »

 

Malgré la hausse des températures qui ne sont pas favorables, la qualité du sirop d’érable est très bonne. Jean-Marc Levac affirme que son sirop est médium clair. Du côté de la Ferme Lavigne, on confirme que le sirop produit est clair et a bon goût. « Tant qu’on reste en dessous de la barre des 10 degrés, les bourgeons ne sortent pas. Quand les bourgeons éclosent, le sirop goûte la sève ce qui laisse un arrière-goût amer », explique Alain Lavigne.

 

Ailleurs en Ontario

Dans un rapport sur l’état de la saison des sucres du gouvernement de l’Ontario rédigé par Todd Leuty, spécialiste de la production de sirop d’érable, on confirme que les érables commencent à bourgeonner dans le sud-ouest de l’Ontario, ce qui met fin à la récolte dans cette région de la province. M. Leuty rapport que les acériculteurs du sud-ouest ont récolté entre 40 % et 80 % de la récolte régulière. Certains chanceux qui ont débuté la saison plus tôt ont réussi à ramasser 100 % de la récolte habituelle.

 

Todd Leuty affirme que les érables coulent toujours dans les régions du nord, du centre et de l’est de l’Ontario. Comme l’ont mentionné M. Levac et M. Lavigne, le reste de la saison dépend de la température. Si effectivement, on atteint les 20 degrés prévus, ce sera la fin des récoltes pour plusieurs acériculteurs du nord, du centre et de l’est de la province, croit M. Leuty.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *