Volume 29 Numéro 09 Le 14 décembre 2011

Victoire linguistique pour l’UCFO


Catherine Delorme

Par Catherine Delorme
Collaboratrice
info@journalagricom.ca


OnTrace, un organisme non gouvernemental engagé par le Ministère de l’Agriculture de l’Ontario se spécialisant dans la traçabilité des produits agroalimentaires, travaille présentement à une nouvelle traduction en français de son formulaire d’inscription, suite à une plainte de l’Union des cultivateurs franco-ontariens (UCFO).

OnTrace, en partenariat avec Ontario Agri-Food Premises Registry (OAPR), crée en 2007 un site Internet permettant à l’exploitant de retracer son produit à travers les différents marchés de la province, en plus de permettre au consommateur de s’informer de la provenance des aliments qu’il achète. L’adhésion à cette liste de traçabilité des entreprises agricoles n’est pas obligatoire pour les cultivateurs de l’Ontario, mais est nécessaire afin de s’inscrire au programme Cultivons l’avenir (Growing Forward). C’est pourquoi Nicholas Dessaint, producteur laitier de la région de Sarsfield, s’est inscrit l’automne dernier à cette liste.

En visitant la page Web de l’organisme, M. Dessaint constate la mauvaise traduction du formulaire d’adhésion, seule section du site traduite en français. « Le formulaire était très mal traduit. Le mot “ dinde” avait été traduit par “ Turquie”, comme le pays. Également, plusieurs mots, comme “ hay”, n’avaient tout simplement pas été changés », explique M. Dessaint.

Suite à son inscription, une autre mauvaise surprise l’attendait. Il reçut un courriel de confirmation et un autocollant indiquant son numéro d’identification d’entreprise en anglais. «  OnTrace n’est pas un organisme gouvernemental, mais y est tout de même rattaché. Le gouvernement engage des tiers qui ne font pas bien leur travail », dénonce l’agriculteur. Insulté, Nicholas Dessaint en glisse un mot à la mi-novembre à Simon Durand, directeur général de l’UCFO.

M. Durand explique que tout organisme qui offre un service au nom du gouvernement de l’Ontario se doit de suivre la Loi sur les services en français. OnTrace est donc dans l’obligation de fournir aux agriculteurs francophones un formulaire d’inscription parfaitement traduit en français ainsi que tous documents qui s’y rattachent. Simon Durand affirme que la mauvaise traduction n’est pas la faute du gouvernement de l’Ontario, mais bien celle de l’organisme engagé, ce qui complexifie la situation. « C’est OnTrace qui ne fournit pas la marchandise et il n’y a aucun mécanisme de plainte pour les tierces parties qui travaillent pour le gouvernement », explique-t-il.

Simon Durand contacte Christine Wenger, directrice des services en français pour le Ministère de l’Agriculture de l’Ontario. Mme Wenger constate la piètre traduction du formulaire d’inscription de OnTrace. « Le formulaire en français est difficile à trouver sur le site et ne rejoint pas les attentes du gouvernement sur la Loi des services en français », affirme-t-elle. Après avoir communiqué avec l’organisme afin de régler la situation, Christine Wenger nous assure que des modifications seront apportées dès que possible.

Brian Sterling, chef exécutif de OnTrace, confirme que des traducteurs qualifiés ont été engagés pour remédier à la situation. « Je ne savais pas que notre formulaire d’inscription en français avait été très mal traduit. Nous croyions l’avoir bien fait. Le formulaire devrait être sur notre site Internet dans quelques semaines », explique-t-il. De plus, M. Sterling affirme que les autocollants indiquant les numéros identifications des entreprises agroalimentaires seront maintenant offerts en français.

Pour ce qui est des autres sections du site Web, tel que la mission, l’historique, les produits et services de l’organisme, Brian Sterling ne compte pas traduire leur contenu. La Loi sur les services en français ne peut obliger OnTrace à le faire. Christine Wenger explique qu’un tiers parti qui offre des services au nom d’un ministère n’est pas tenu d’offrir la totalité de ses services en français, mais uniquement ceux qui se rattachent au gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *